Richard Stallman : “Ethiquement, le logiciel libre est toujours meilleur”

MobilitéRégulations

A l’occasion d’une conférence parisienne donnée pour la promotion de sa biographie autorisée, Richard Stallman, passionné et exalté père mais aussi défenseur du logiciel libre, est revenu sur son combat et la loi Hadopi…

L’Américain Richard Stallman, véritable père et idole du logiciel libre, fait cette semaine une tournée en France pour promouvoir sa première biographie autorisée, Richard Stallman et la révolution du logiciel libre, écrit en collaboration avec le journaliste américain Sam Williams, et Christophe Masutti, de l’équipe Framasoft, pour la version française.

A paraître le 21 janvier aux éditions Eyrolles, cette biographie du gourou de l’informatique libre sera également disponible en téléchargement sous licence GFDL sur le site de l’éditeur français et sur celui du réseau Framasoft, un réseau de sites Web collaboratifs dont le but est la promotion du logiciel libre auprès du grand public.

Rappelons que Richard Stallman, qui s’est décrit à l’occasion d’une conférence, ce 12 janvier, comme “un personnage controversé”, après des études de physique et de mathématiques à l’université de Harvard et au MIT de Boston, est à l’origine, en 1983, du développement du système d’exploitation libre GNU (acronyme récursif pour “GNU is not Unix”).

En 1985, il fonde la Free Software Foundation (FSF), un organisme à but non lucratif destiné au financement du projet GNU et de la communauté du logiciel libre. En 1989, avec la collaboration d’Eben Moglen, il publie la première version de la licence publique générale GNU GPL.

“une vie libre dans l’informatiques est possible”

Premier missionnaire et défenseur du logiciel libre dans le monde, la halte parisienne de Richard Stallman a été l’occasion pour lui de faire savoir qu’“une vie libre dans l’informatiques est possible”, hors des “logiciels privateurs” de Microsoft, Apple et autre Adobe.

Une belle occasion pour ce hacker de rappeler la définition, à toutes fins utiles, du logiciel libre, qui se veut être “un logiciel qui respecte la liberté de l’utilisateur et qui n’a rien à voir avec la gratuité”.

Son  contraire, “le logiciel privateur, interdit la coopération”. Et de souligner que même si, techniquement, un logiciel libre “n’est pas forcément toujours le meilleur, il l’est toujours éthiquement”… A bon entendeur.

Hadopi : “une loi injuste”

Fervent défenseur du partage et de l’échange à l’ère du numérique, Richard Stallman n’a pas manqué, lors de cette conférence française, de fustiger les actions de notre Président de la République, qu’il qualifie “d’ennemi des droits de l’Homme“.