RIM s’accorde avec Microsoft pour utiliser l’exFAT dans ses BlackBerry

Régulations

Au moyen d’un accord de licences noué avec Microsoft, RIM est éligible à l’utilisation du système de fichiers exFAT (Extended File Allocation Table) dans ses terminaux mobiles BlackBerry.

Fort d’un accord de licences noué avec Microsoft, RIM peut désormais utiliser le système de fichiers exFAT dans ses terminaux BlackBerry.

Cette table d’allocation aussi connue sous l’acronyme FAT64 se présente comme le successeur du FAT32 et l’alternative à l’actuel NTFS (New Technology File System).

Elle est surtout utilisée en conjonction avec les mémoires de type flash, qu’embarquent justement les smartphones et les tablettes numériques de RIM.

Selon Microsoft, le traitement des données en est accéléré avec en prime une optimisation du transfert à haut débit, avec une taille maximale de cluster (bloc de partitionnement) portée à 32 Mo, contre 64 Ko pour le FAT32.

Ce qui s’avère tout particulièrement pertinent pour manipuler des fichiers lourds telle la vidéo en haute définition.

Dans cette lignée, la taille maximale d’un fichier est repoussée à 2 exaoctets (en respect de la nomenclature en vigueur, il conviendrait de s’exprimer en exbioctets) quand le FAT32 plafonne à 4 gigaoctets.

En outre, un bitmap, sorte de carte logicielle de l’espace libre, permet d’accélérer les écritures de fichiers en déterminant plus rapidement des emplacements inscriptibles de taille adéquate.

Ce brevet, Microsoft en a déjà concédé les droits d’exploitation à Panasonic et Sony, moyennant contrepartie financière, selon Reuters.

RIM, qui n’a pas daigné faire part des modalités de l’accord, devrait implémenter exFAT dans la plate-forme BlackBerry 10, qui équipera ses prochains terminaux à l’horizon 2013.

Dans la foulée de cette annonce, les marchés ont positivement réagi. En fermeture de séance ce mardi à New York, l’action Research in Motion (RIMM) s’affichait à 7,41 dollars, en hausse de 2,28%.

RIM, qui a vu diminuer à 4,8% sa part sur le marché mondial des smartphones (11,5% un an plus tôt, d’après IDC), s’est lancé au début de l’année dans une phase de restructuration, sous la houlette de son nouveau P-DG Thorsten Heins.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur