Un ex-manager de Microsoft prend les commandes “Autonomy powered by HP”

Régulations
Robert Youngjohns HP Autonomy

Un an après le rachat d’Autonomy, HP n’a toujours pas finalisé l’intégration de ses technologies. Meg Whitman fait confiance à Robert Youngjohns pour accélérer les démarches.

HP ne s’en cache pas, et sa patronne Meg Whitman en tête : investi au poste de CEO de la filiale Autonomy en remplacement du démissionnaire Michael “Mike” Lynch, Robert Youngjohns aura le rôle d’une pierre angulaire dans la mise en place de synergies entre les deux entités.

Ancien de la maison IBM, passé par Sun Microsystems, l’intéressé a dirigé la région Amérique du Nord chez Microsoft.

Fort de cette expérience, il prendra ses fonctions le 17 septembre, avec à sa charge une mission : accélérer l’intégration de la technologie IDOL (Intelligent Data Operating Layer) d’Autonomy au sein de la stratégie de HP.

Editeur d’applications de recherche d’entreprise et de gestion des connaissances, Autonomy est passé dans le giron de HP en octobre 2011, pour plus de 10 milliards de dollars.

Des doutes planaient depuis lors quant à la pertinence d’une telle acquisition, dont le montant a semblé démesuré, même en situation de surenchère.

L’intégration des technologies de reconnaissance de forme centrées sur l’inférence bayésienne, développées à l’université de Cambridge par le Docteur Michael Lynch, cofondateur d’Autonomy et son CEO jusqu’en mai dernier, n’est pas aussi évidente que le discours a pu le laisser croire.

En un an, les négociations se sont éternisées. Aussi, Meg Whitman a pris la décision d’aborder la problématique sous un autre angle, comme le suggère Silicon.fr.

Cette prise de témoin intervient à l’heure où HP projette une charrette de 29 000 suppressions de postes, tout particulièrement au regard de ventes de licences inférieures aux prévisions.

Mais le constructeur de Palo Alto se doit de recentrer sa stratégie sur le segment logiciel, autrement plus porteur que le matériel, plombé par le déclin des ventes de PC et le lancement raté des terminaux mobiles sous WebOS.

Reste pour Robert Youngjohns à transformer la technologie IDOL en machine à cache pour l’analyse des données non structurées dans un environnement HP Converged Cloud.

Tout un programme. La pression sera forte sur le nouveau patron de la division HP Information Management, mais il aura été à bonne école chez Microsoft.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur