Robotique : une brèche s’ouvre pour Android et les puces ARM

CloudMobilitéOS mobiles
arm-android-robotique

La Fondation Open Source Robotics, qui contribue au développement du système d’exploitation pour robots ROS, vient d’officialiser le support des puces ARM de Qualcomm (famille Snapdragon 600).

Typiquement implémentés dans des smartphones positionnés en milieu et haut de gamme, les processeurs quadricœurs Snapdragon 600 ont occupé une place centrale dans la conférence développeurs ROSCon 2014 organisée par la Fondation Open Source Robotics (OSRF).

Contributrice du système d’exploitation pour robots ROS (“Robot Operating System”), l’organisation à but non lucratif basée à Mountain View a officialisé le support de ces puces ARM développées par Qualcomm.

La version Linux de ROS pour Snapdragon 600 sera disponible au quatrième trimestre 2014. La mouture Android suivra au premier semestre 2015. OSRF va tester le support du jeu d’instructions ARM et pleinement l’intégrer aux développements de ROS. Elle en assurera ensuite la maintenance régulière.

Lancé en 2007 à l’initiative du laboratoire de recherche Willow Garage, ROS a été utilisé à l’origine avec des cartes microcontrôleurs pour robots. Associé à Linux, le système équipe désormais des robots plus avancés, essentiellement sur architecture x86. C’est le cas du Kuka Youbot de Kuka Laboratories GmbH, mais aussi du UBR-1 de Unbounded Robotics, comme le note Silicon.fr.

Le support des puces ARM doit permettre à la communauté robotique de piloter des robots “plus petits, plus efficaces et qui soient dotés d’une batterie à la durée de vie plus longue“, selon Brian Garkey. Le CEO de l’OSRF est secondé dans son propos par Matt Grob : le vice-président et CTO de Qualcomm “ne doute pas du succès” de ce projet qui réunit systèmes robotiques, embarqués et mobiles.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Android ?

Crédit photo : maxuser – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur