Robotique : l’ex-PDG d’Atari crée le fonds d’aide Robolution Capital

EntrepriseStart-up
robotique

A la tête de la société Robopolis, Bruno Bonnell, ancien dirigeant d’Atari, débloque 60 millions d’euros destinés à financer les projets d’une trentaine de start-up européennes impliquées dans la robotique.

Le dénommé Bruno Bonnell, dont l’Histoire aura notamment retenu son poste de P-DG d’Atari pendant 4 ans, est désormais à la tête de Robopolis, société spécialisée dans la robotique.

Avec le concours d’Orkos Capital et de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), l’intéressé inaugure Robolution Capital, un fonds d’investissement destiné à soutenir les projets d’une trentaine de start-ups européennes.

Dans un premier temps, ce mécène inopiné mettra sur la table 60 millions d’euros. Un capital alloué à la louche, sous la forme de dots variant du simple au décuple, en l’occurrence de 300 000 euros à 3 millions.

Robopolis, 54 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice 2011, soufflera bientôt sa cinquième bougie. Le groupe distribue essentiellement de l’électroménager et des équipements domestiques dédiés à l’aide aux personnes dépendantes.

Comme le rappelle L’Express, l’aspirateur iRobot Roomba constitue l’un de ses fers de lance dans le cadre de cette promotion à grande échelle d’une domotique en laquelle Barack Obama lui-même entrevoit un adjuvant à l’économie mondiale.

En juin dernier, le président américain a ainsi débloqué 70 millions de dollars à destination de la recherche universitaire, laissant augurer d’un “dynamisme industriel renforcé“, alors même que la prise de pouvoir des machines est globalement vue d’un mauvais oeil, pour son impact avéré sur l’emploi.

Un peu plus tôt au cours de l’été, Intel avait affiché ses vues sur Alderaban Robotics, spécialiste français de la robotique humanoïde, jusqu’à cette immixtion dans son capital, à hauteur de 8,8 millions d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur