Rohm accélère la cadence du Wi-Fi

Mobilité
logo Wi-Fi

Le fabricant nippon de semi-conducteurs Rohm a développé une antenne Wi-Fi dont le débit avoisine celui de la fibre optique.

Avec le concours de l’université d’Osaka au Japon, Rohm a développé le prototype d’une puce Wi-Fi capable de véhiculer des données à 1,5 Gbit/s, des performances comparables à celles de la fibre optique.

Le fabricant nippon de semi-conducteurs envisage d’initier une production de masse à l’horizon 2015. Mais les technologies actuelles peuvent-elles pour autant dormir sur leurs deux oreilles ?

A l’heure où la mise en place d’infrastructures câblées s’avère si onéreuse que de nombreux acteurs des télécommunications ont freiné leurs ardeurs, cette invention remet en cause une entreprise dont le coût en France est évalué à 20 millions d’euros.

Produit du débat houleux du très haut débit, ce composant au gabarit optimisé (2 x 1 centimètres) fonctionne sur une gamme de fréquences modulable de 300 GHz à 3 THz, bien au-delà de la bande qu’occupe actuellement le Wi-Fi conventionnel (de 2,4 à 5 GHz).

Grâce à ce que les chercheurs appellent “l’effet tunnel”, les transmissions atteignent un débit théorique de 30 Gbits/s, sans perte de qualité en cas de transit à travers des matériaux comme la papier, les vêtements… et les tissus cutanés.

Ce qui laisse entrevoir des applications dans le domaine médical, d’autant plus qu’un tel spectre de fréquences se révèle particulièrement appropriée à des communications de point à point (PTP) à très courte portée, de l’ordre du micron à 3 Térahertz.

Complément suggéré du NFC, cette technologie comblerait idéalement les limites du Bluetooth, aux antipodes des premiers dispositifs à infrarouges, qui nécessitaient un alignement parfait et une proximité contrariante entre émetteur et récepteur.

En outre, le faible coût de production (environ 1 dollar, pour 13 dollars à la revente) de tels dispositifs augure d’une démocratisation dont ComputerWorld se fait l’écho, reprenant les évocations d’une porte-parole de Rohm.

L’intéressée fait notamment mention d’une implémentation dans les téléviseurs HD et les projecteurs, ainsi habilités à diffuser en simultané plusieurs images en haute qualité.

Une réponse cinglante à WiGig et sa solution à 7 Gbits/s dont l’intronisation est prévue pour 2012.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur