Rovio et ses Angry Birds se posent en Bourse

BourseEntreprise
rovio-ipo-helsinki

Rovio, l’éditeur finlandais à l’origine d’Angry Birds, entre aujourd’hui au Nasdaq Helsinki, sur la base d’une valorisation à moins d’un milliard d’euros.

La Bourse n’est plus un horizon lointain pour Rovio.

L’éditeur finlandais à l’origine de la licence Angry Birds fait ce vendredi ses premiers pas sur le Nasdaq Helsinki.

À 11,50 euros par action, le prix d’introduction correspond au haut de la fourchette annoncée le 15 septembre.

Rovio émet 2 608 696 actions nouvelles, ce qui lui permet de lever environ 30 millions d’euros.

Le reste de l’enveloppe est constitué de 34 314 389 titres existants, dont plus de la moitié (18 362 000) vendus par l’actionnaire principal Trema International.

Derrière cette holding de droit néerlandais qui détenait 69 % du capital avant l’IPO, on retrouve Kaj Hed, dont le fils Michael Hed n’est autre que le cofondateur de Rovio.

Une licorne… en dollars

En cas d’exercice de l’option de surallocation portant sur 5,538 millions d’actions, le montant brut de l’opération s’éléverait à un peu plus de 488 millions d’euros. Rovio aurait 54,5 % de son capital au flottant et serait valorisé à un peu moins de 900 millions d’euros (1,06 milliard de dollars).

On est loin de la valorisation recherchée en début de mois, quand la firme avait officialisé son intention d’entrer en Bourse. Et plus encore des estimations à plus de 8 milliards d’euros qui circulaient chez les analystes en 2012, à l’époque où Angry Birds connaissait un pic de popularité.

Pour autant, Rovio est revenu, depuis l’an dernier, sur une dynamique positive après une période marquée par plusieurs réductions d’effectifs.

Avec 350 millions de dollars de recettes au box-office (source : Box Office Mojo), le film d’animation « Angry Birds, le film » – pour lequel une suite est prévue en 2019, avec l’appui de Sony Pictures Entertainment – a contribué à la progression des revenus de l’entreprise. Recettes au box-office.

Image de marque

En 2016, le chiffre d’affaires s’est établi à 191,7 millions d’euros, en croissance de 35 % d’une année sur l’autre, contrastant avec la baisse de 10 % enregistrée entre 2014 et 2015.

La progression est encore plus nette sur le 1er semestre 2017, avec un C.A. en hausse annuelle de 94 %, à 152,6 millions d’euros, pour une marge d’exploitation à 12,7 % (+ 4,1 points) et un résultat net presque quadruplé (13,3 millions d’euros).

Le business des licences, produits dérivés compris, prend de l’importance, mais les jeux demeurent le segment d’activité le plus porteur, représentant, sur les 12 mois écoulés au 30 juin 2017, près de 80 % des revenus.

Rovio revendique 3,7 milliards de téléchargements pour ses applications et une moyenne de 80 millions de joueurs actifs par mois (pour 11 millions par jour) au 2e trimestre 2017.

Crédit image d’illustration : Rovio


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur