Russie-Géorgie : Internet, l’autre champ de bataille

Cloud

La Géorgie accuse la Russie de piratage de son réseau. Des experts estoniens vont prêter main forte à la Géorgie pour l’aider à en assurer la sécurité.

L’affrontement entre la Russie et la Géorgie se passe aussi sur le Net. Les représentants du gouvernement géorgiens ont accusé la Russie de cyber-attaques contre les sites des institutions et des médias du pays.

Le site du ministère des affaires étrangères géorgien est resté un certain temps inaccessible. Les administrateurs ont dû créer un blog avec Blogger, la plate-forme dédiée de Google, de manière à pouvoir poursuivre la diffusion de leurs informations en toute sécurité.

Selon l’agence de presse Associated Press, le site du président géorgien a été déplacée aux Etats-Unis chez Tulip Systems, un fournisseur d’accès localisé à Atlanta dans l’Etat de Géorgie. Les serveurs d’origine en Géorgie étaient “inondés et bloqués par les Russes” a dit aux journalistes de l’AP, Nino Doijashvili, le responsable exécutif de Tulip Systems, d’origine géorgienne.

Les attaques venant de Moscouse poursuivent

Il a appelé le gouvernement pour proposer de transférer le site web de la présidence de la République sur les serveurs de sa société d’hébergement. Il confie que les attaques venant de Moscou et de Saint-Petersbourg se poursuivent.

Selon Reuters cette fois, les autorités russes auraient démenti ces accusations, affirmant avoir, elles-aussi, subi du piratage. C’est dans ce contexte que des experts estoniens devraient venir apporter leur aide à la Géorgie pour garantir la sécurité et le fonctionnement du réseau. Le président polonais, Lech Kaczynski, prête, quant à lui, un espace sur son site web au président géorgien, Mikheil Saakashvili qui le lui a demandé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur