Sage veut mettre “gratuitement” les PME sur le Net

Cloud

Le leader mondial des logiciels de comptabilité à destination des petites entreprises va bientôt ouvrir un portail pour ses clients français. Après l’Angleterre où l’expérience est en place depuis huit mois, Sage va en effet proposer à ses clients français l’accès Internet, l’hébergement d’un site et d’autres services tournant autour du réseau.

Annoncée en mai 1999, la stratégie de Sage autour de l’Internet connaît enfin des débouchés pratiques en France. Pour appuyer ses ambitions, Sage, qui regroupe les marques Saari et Sybel, va ouvrir un portail à destination de ses clients, dont la plupart, ne tire pas tout le partie possible de l’Internet. L’offre Sage se décompose en trois grands points et ne sera disponible que pour les clients de ses produits. Tout d’abord, il s’agit d’offrir un accès Internet via le prestataire None Network et son offre Freesbee Pro. Ainsi les entreprises qui possèdent les logiciels de paie Sage pourront mettre à jour les taux de cotisation ou intégrer dynamiquement de nouvelles dispositions législatives. Cette fonction de mise à jour dynamique existe déjà depuis décembre dernier sur les produits Sage mais peu de PME l’utilisaient pour l’instant.

Autre axe de développement, le portail en lui même. Outre des informations financières d’ordre général, Sage fournira aussi, grâce à un partenariat avec Coface SCRL, des données concernant l’état financier des entreprises. Cette filiale du réassureur à l’exportation Coface est le leader français dans le domaine de l’information d’entreprise. Si ce service est déjà gratuit sur le site de SCRL, ce partenariat permettra d’intégrer les données susceptibles d’intéresser chaque client Sage dans ses logiciels au sein de l’entreprise. Car le but de Sage est d’offrir une réelle complémentarité entre le portail et les logiciels installés en local.

Enfin, dernier point clé de la stratégie de l’éditeur français pour l’Internet, permettre à chaque PME de développer un site sur le Web. Cela passe à la fois par la mise à disposition gratuitement du logiciel Web Creator pour construire le site et l’allocation d’un espace sur Internet grâce à un dernier partenariat avec IBM Global Service, dont les serveurs hébergeront les sites créés. Au Royaume Uni, 1 000 entreprises ont déjà utilisé ce service pour monter leurs pages Web et 2 000 autres seraient sur le point de le faire d’après Sage. Si aucune taille n’a pour l’instant été officiellement précisée, une limite de cinq pages a été néanmoins définie par Sage. Pas de quoi, donc, mettre en ligne un catalogue complet. Enfin ces sites ne pourront pas héberger d’autres applications transactionnelles que celles de l’éditeur.

Pour en savoir plus :

* Le site de Sage

* le site de SCRL


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur