Salesforce en France : un poids économique qui croît avec le cloud

CloudCRMMarketing
salesforce-economie-mondiale

Salesforce a commandé à IDC une étude qui illustre sa contribution potentielle à l’économie française d’ici à 2022, en termes d’emplois et de valeur dégagée.

Les investissements dans les services cloud (SaaS et PaaS) progresseront quatre fois plus vite que les dépenses IT mondiales d’ici à 2022, mais n’en représenteront encore qu’environ 13 % à cette échéance.

Cette prévision, IDC l’émet dans un rapport – document PDF, 25 pages – consécutif à la réalisation d’une étude commandée par Salesforce.

Ledit rapport met en lumière le poids de l’éditeur américain dans l’économie mondiale : ses clients auront créé, entre fin 2016 et fin 2022, plus de 3,3 millions d’emplois associés au cloud.

La croissance sera exponentielle : quelque 300 000 postes en 2017, 400 000 en 2018, 450 000 en 2019… jusqu’à 800 000 sur la seule année 2022.

IDC prévoit une courbe de croissance similaire pour ce qui est des revenus d’activité, estimés à 859 milliards de dollars sur la période (et à différencier du PIB, étant donné qu’ils incluent les ventes interentreprises).

L’industrie des services financiers serait la principale contributrice sur ce volet (163,769 milliards de dollars), devant le secteur de la production industrielle (159,055 milliards de dollars).

Un cloud peut en cacher un autre

Qu’en est-il pour la France ?

Il est question de 24,436 milliards de dollars de revenus d’activité, ce qui en ferait le deuxième marché européen, devant l’Allemagne (17 milliards) et derrière le Royaume-Uni (66 milliards), loin du Japon (108 milliards) et des États-Unis (411 milliards).

IDC évoque la création de 37 115 emplois directs, soit environ trois fois moins qu’au Royaume-Uni (114 545)… et dix fois moins qu’en Inde (363 110).

Il faut y ajouter une centaine de milliers d’emplois « indirects ». En l’occurrence, ceux associés, d’une part, aux chaînes d’approvisionnement et de distribution qui touchent les entreprises clientes de Salesforce et de l’autre, ceux créés, dans l’économie globale, par les employés de ce mêmes entreprises clientes.

En la matière, l’Inde et le Brésil se distinguent, avec plus d’un million d’emplois indirects créés à eux deux.

Au-delà de Salesforce, il y a les services cloud de stockage, de sécurité ou encore d’analytique que les entreprises adoptent en complément.

Une statistique l’illustre : à l’horizon 2022, pour chaque dollar gagné par l’éditeur, ses partenaires en France en gagneront 5,70 – contre 5,18 dans le monde.

Crédit photo (vue depuis la tour Salesforce à San Francisco) : Salesforce


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur