Salon des entrepreneurs : 1ère apparition des NTIC

Cloud

Le Salon des Entrepreneurs, qui accueille experts, conseillers juridiques, banques et collectivités territoriales ainsi que le monde des PME, a pour cette année ouvert ses portes à la nouvelle économie. Si l’attrait pour ce secteur a été fort, les PME traditionnelles ont toujours la cote auprès des repreneurs et des créateurs de projets.

Pour sa huitième édition, le Salon des Entrepreneurs, qui vient de se terminer, a accueilli, aux côtés du secteur traditionnel, les entreprises de la nouvelle économie. Pour Xavier Kergall, directeur général du salon, ces start-up contribuent à renforcer un tissu de PME/PMI trop longtemps délaissé et qui reste la véritable clé de voûte d’une économie performante. Toutefois, sans s’y tromper, c’est bien le secteur traditionnel qui reste la vedette du salon. L’IFOP, qui publie une étude sur le site du salon, montre effectivement qu’après les déconvenues de certaines start-up cette année, les entreprises traditionnelles semblent être synonymes de sécurité et de stabilité. Ainsi 80 % des 18-40 ans expriment leur préférence pour travailler dans des structures dites classiques (contre 18 % dans des start-up).

Les PME s’intéressent aux applications Internet

Pour autant, l’espace Net économie semble être un succès. Sans devenir une start-up, il n’en reste pas moins que la PME d’aujourd’hui s’intéresse aux applications Internet avec comme principal objectif de pouvoir intégrer efficacement le réseau. “On note beaucoup de solutions clés en main. Toutefois, l’entreprise ne vient pas forcément acheter, mais comprendre quel bénéfice elle peut retirer d’une mise en réseau de son entreprise”, explique Xavier Kergall.

La création d’entreprise se porte bien

Le salon, qui a attiré environ 40 000 visiteurs, reflète la bonne santé du domaine de la création d’entreprises, puisqu’il y a eu en France, en 2000, 5 % de créations d’entreprises de plus que l’an passé. Mais aussi, explique Xavier Kergall, il y a nettement moins d’entreprises qui échouent après trois ans d’exploitation. “Nous le voyons très clairement sur le salon. Les projets d’entreprises sont mieux préparés et les entrepreneurs sont accompagnés dans leur démarche par des experts-comptables ou par des avocats. Il y a aujourd’hui véritablement une professionnalisation de la création d’entreprise”, explique-t-il. Et d’ajouter : “Jusqu’à il y a très peu de temps, beaucoup de personnes se lançaient dans la création d’entreprise pour créer leur emploi. Aujourd’hui, les projets sont de vrais projets. Ce ne sont plus des créations d’entreprises par défaut.” Ainsi les projets qui aboutissent ne sont plus des projets de création d’entreprise micro ou solo, mais comportent un véritable désir d’accroissement.

Le salon des entrepreneurs fait aussi une large place à la reprise d’entreprises, notamment des PME ayant un chiffre d’affaires inférieur à 20 millions de francs. “Ces repreneurs sont généralement des cadres d’importantes sociétés qui veulent s’expatrier de la région parisienne. Ils ont généralement entre 40 et 50 ans, et veulent reprendre des PME traditionnelles”, explique le directeur général du salon.

Pour en savoir plus : Le site du Salon des Entrepreneurs


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur