Salon e-Commerce Paris : Patrick Robin (24h00) inaugure sa plate-forme de “social commerce” Boosket

Marketing

Interview de Patrick Robin, fondateur de l’agence de marketing digital 24h00, à l’heure où le Net-entrepreneur inaugure sa nouvelle plate-forme de “social commerce multicanal” Boosket.

Boosket Shop fait  peau neuve, sous la houlette de Patrick Robin et des équipes de 24h00. A la clé, une version revisitée de cette solution de Social Commerce qui permet désormais aux marchands de s’adapter aux nouveaux comportements des consommateurs via l’intégration d’une dimension multicanal dans leur stratégie Social Commerce.

Patrick Robin, vous êtes un serial-entrepreneur du Web bien connu. Vous êtes à la tête de l’agence de e-marketing 24h00. Cette année vous êtes venu sur ce salon pour lancer une nouvelle plateforme de « social commerce multicanal » baptisée Boosket. Comment présenter celle-ci  et qui cible-t-elle ?

Patrick Robin : Mon agence, 24h00, a racheté la startup Boosket il y a un an et demi. Celle-ci, historiquement, proposait une simple solution de F-Commerce. Nous avons senti qu’en partant de cette base, il y avait le potentiel pour une solution complète de solution de commerce déporté.

Je précise que nous étions déjà spécialisés dans ce domaine avec 24h00. Après plus d’un an de R&D sur ce produit, nous sommes en mesure de lancer aujourd’hui une solution puissante et stable. Nous la lançons d’emblée en France, Allemagne, Espagne, UK et USA, et en quatre langues. En outre, nous souhaitons lancer la solution dans 3 ou 4 langues supplémentaires par trimestre. L’idée : être présent dans une quinzaine de pays d’ici fin 2013.

Quand on parle de social-commerce multicanal, comme vous le faite, ça signifie concrètement quoi ?

Patrick Robin : C’est en quelque sorte le mix de deux mondes, le résumé de deux sujets qui à première vue peuvent être anxiogènes pour les marchands, surtout les plus petits d’entre eux, mais qui leur offrent réellement beaucoup d’opportunités : disposer de trois points de contact supplémentaires pour leur site Web marchand (social, mobile, Google), ce quel que le soit la plateforme e-commerce qu’ils ont choisi d’utiliser.

Via Boosket Shop, ils vont pouvoir créer une boutique, automatiser les flux de catalogues (la compatibilité avec les plus grands gestionnaires de flux existants est assurée), etc. Il ne leur restera plus qu’à cocher trois cases pour s’offrir une boutique sur Facebook, une autre sur mobile/tablettes en webapp et, cerise sur le gâteau, disposer d’une présence optimisée sur GoogleShopping (qui est devenu un levier majeur dans la stratégie SEO).

Quelle est la cible visée ?

Patrick Robin : Ce sont les quelques 119 000 sites marchands comptabilisés récemment par la FEVAD. Tous ces sites sont concernés par notre offre, qui n’aura en revanche aucun intérêt pour les plus gros sites marchands, disons ceux qui appartiennent au TOP 100. Le marchand de toute taille ne peut plus se contenter que le client « pousse la porte du magasin », il doit aller à sa rencontre de façon pertinente et efficace.

 A terme, quels nouveaux outils pourraient apparaitre dans votre plate-forme ?

Patrick Robin : Nous souhaitons pourvoir interfacer la plateforme avec Boosket Ads afin de permettre aussi aux petits marchands de promouvoir leur boutique en bénéficiant notamment de la puissance de la  géolocalisation. Par ailleurs, nous allons donner les moyens de pousser une boutique sous forme de bannières, de blogs, de widgets, etc.

En termes de nombre de clients ?

Patrick Robin : A ce jour, nous avons d’ores et déjà 25 000 booskets gratuits, dont environ 7 000 actifs. Notre ambition est d’avoir d’ici janvier 2013 environ 3 000 clients de la formule à 29 euros. Fin 2013, l’objectif est de quadrupler ce chiffre, avec donc 1 2000 abonnés.

 

Retrouver l’intégralité de cette interview sur Channelbiz.fr.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur