Samsung abandonne sa réorganisation corporate sur fond de résultats record

Entreprise
resultats-samsung-t1-2017

Sur fond de profits sans précédent depuis plus de trois ans, Samsung décide de ne pas se réorganiser sous le prisme d’une holding.

La création d’une holding ne rendrait pas l’entreprise plus compétitive et pourrait même poser des freins sur le long terme.

Cette conclusion, Samsung la rend parallèlement à la publication de ses résultats trimestriels.

Après plusieurs mois de réflexion, la décision est prise : le conglomérat coréen ne modifiera pas sa structure corporate, dans un contexte légal et réglementaire « trop incertain ».

Les recompositions de capital que supposeraient l’opération – et les démarches administratives liées – ont agi comme un autre élément dissuasif.

Avec Harman

Au titre des performances du 1er trimestre 2017, les actionnaires toucheront un dividende à hauteur de 7 000 wons (soit 5,67 euros) par action.

Par « performances », il faut entendre un résultat net sans précédent depuis plus de trois ans, à 7,68 trillions de wons, soit 6,2 milliards d’euros (+ 46 % d’une année sur l’autre).

Avec la consolidation, à compter du 11 mars 2017, de l’activité de Harman (8 milliards de dollars mis sur la table pour acquérir la firme américaine), le chiffre d’affaires enregistre une progression annuelle de 2 %, à 40,9 milliards d’euros. Dans le même temps, le coût des ventes recule de 7 %, à 22,8 milliards d’euros, pour une marge brute en hausse de 5,3 points.

La progression limitée des dépenses d’exploitation (+ 6 % en R&D ; – 2 % pour le commercial-marketing et l’administratif) permet à Samsung de dégager un résultat d’exploitation en croissance de 48 %, à environ 8 milliards d’euros.

Le mobile perd du terrain

L’essentiel des profits proviennent de la division « Device Solutions », qui regroupe les solutions d’affichage et les semi-conducteurs.

Ces derniers dégagent un C.A. en progression de 40 % par rapport au 1er trimestre 2016 (12,7 milliards d’euros). Une dynamique portée par la demande SSD en haute capacité (plus de 4 To) et en puces NAND pour terminaux mobiles.

Grâce à une augmentation du panier moyen associée à la production de dalles Ultra HD, les revenus augmentent aussi sur les solutions d’affichage, à 5,9 milliards d’euros (+ 21 %). Le résultat d’exploitation sur la partie « Device Solutions » ressort à 6,1 milliards (+ 20 %).

Les indicateurs sont moins favorables pour la division « IT & Mobile Communications », dont les revenus régressent de 15 %, à 19 milliards d’euros, dont 18,2 milliards pour les terminaux mobiles (- 17 %) et le reste pour le réseau.

L’augmentation des volumes de ventes sur l’entrée et le milieu de gamme – avec notamment le Galaxy A – ne compense pas l’ajustement à la baisse des prix du Galaxy S7 et de sa déclinaison S7 edge. Annonçant un résultat d’exploitation à 1,7 milliard d’euros (- 47 %), Samsung s’attend à un durcissement de la concurrence au 2e semestre 2017.

Sans compter les imprimantes, cédées l’an dernier à HP, la division « Consumer Electronics » est dans le vert, avec un C.A. en hausse de 3 % (8,4 milliards d’euros)… et un résultat d’exploitation tout juste positif (308 millions ; – 24 %). Les investissements réalisés dans le BtoB n’y sont pas étrangers, au même titre que l’évolution des taux de change.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur