Samsung compte sur le chiffrement matériel pour les SSD

Data-stockageEntrepriseMobilitéStockage
samsung-ssd-chiffrement-materiel

En activant l’auto-chiffrement matériel dans sa gamme de SSD 840 EVO, Samsung espère ouvrir la voie à un standard pour la protection des données dans les dispositifs de stockage professionnels.

La sécurité est au coeur de la dernière mise à jour du firmware destiné à la gamme de SSD 840 EVO*.

Samsung déploie des fonctionnalités avancées indispensables – et bien souvent exigées – dans certains environnements professionnels où transitent des informations sensibles : bureaux gouvernementaux, institutions financières, établissements de santé, etc.

Actuellement, le chiffrement implémenté dans la plupart des SSD dépend d’une couche logicielle au niveau du système d’exploitation (BitLocker sous Windows 7 ; FileVault sous OS X)… ce qui détériore d’autant les performances. A l’inverse, la gestion de la sécurité et de la confidentialité des données au niveau matériel peut être plus simple et plus efficace.

C’est cette option que retient Samsung : la gamme de SSD 840 EVO supporte désormais le chiffrement hardware AES 256 bits (classe 0), la spécification de stockage Opal du Trusted Computing Group et par voie de conséquence l’eDrive (“Encrypted Device”) de Microsoft pour Windows 8. Tout ceci en respect de la norme IEEE 1667 (“Standard Protocol for Authentication in Host Attachments of Transient Storage Devices”).

Reste à voir si d’autres constructeurs s’engageront sur cette voie. Crucial avait déjà pris une initiative similaire avec le M500, premier SSD à prendre en charge le standard eDrive. Comme le note Silicon.fr, Samsung accentue son effort global pour fournir plus d’applications destinées aux entreprises, dont la gestion de la sécurité, de concert avec l’amélioration de ses circuits électroniques. Illustration avec sa mémoire flash MLC, optimisée pour les environnements où la haute disponibilité est essentielle.

* Toutes les références qui composent la série 840 EVO sont basés sur de la mémoire flash NAND TLC (3 bits par cellule) de 128 Gb (16 Go) gravée dans la technologie de classe 10 nm, soit une finesse effective située entre 10 et 20 nm. Ils disposent d’un contrôleur propriétaire MEX, articulé autour d’un processeur ARM Cortex-A4 à 3 coeurs (400 MHz), avec des débits de 540 Mo/s en lecture et 520 Mo/s en écriture pour le modèle 1 To.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous de Samsung ?

Crédit illustration : Archiwiz – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur