Samsung demande aux disques durs de se taire

Mobilité

Le fabricant sud-coréen lance une nouvelle gamme de disques durs silencieux.
Parallèlement, les solutions SSD à technologie flash se multiplient.

Samsung vient de présenter une nouvelle gamme de disques durs 3,5 pouce baptisée SpinPoint S166 Series et proposée en formats 80 et 160 Go. Ce ne sont pas pour ses capacités de stockage que le constructeur coréen inaugure une nouvelle gamme mais pour ses performances en termes de son. Le S166 (S pour Silence) se distingue par une réduction sensible des nuisances sonores émises par les disques durs.

Selon Samsung, le S166 ne dépasse pas les 24 décibels (dBA) en mode repos et 27,5 dBA en mode de travail contre respectivement 28 dBA et 32 dBA en moyenne sur les disques du marché. Pour parvenir à ce résultat, Samsung a amélioré les technologies maison SilentSeek et NoiseGuard qui accélèrent la vitesse de fonctionnement tout en réduisant les émissions de bruit. Les niveaux sonores annoncés classent le S166 entre le bruit du vent dans les arbres (10 dBA environ) et une conversation chuchotée (30 dBA environ).

Ces disques durs au fonctionnement discret seraient donc parfaitement adaptés aux PC de bureau dans les environnements professionnels ainsi qu’au set top box et autres magnétoscopes numériques de salon, ou tout autre matériel équipé d’un disque dur fonctionnant dans un environnement calme, estime Samsung.

Les autres caractéristiques du S166 sont plus classiques : vitesse de rotation de 7 200 tours par minute, mémoire tampon de 8 Mo, interface S-ATA 3.0 (ainsi qu’en P-ATA) accompagnée de la technologie d’optimisation d’accès aux données Native Command Queuing (NCQ). La commercialisation du S166 doit commencer dans le courant du mois d’avril mais à des tarifs encore non communiqués.

La concurrence des Solid State Drive en technologie flash

Cette nouvelle étape dans les efforts de réduction de bruit des solutions de stockage de Samsung apparaissent à l’heure où émergent des disques à base de technologie flash. Ce marché est évalué à 200 millions de dollars en 2007 et 6,18 milliards à l’horizon 2010. Parmi ses disques durs nouvelle génération figurent les Solid State Drive (SSD), qui se caractérisent aussi par une absence totale de nuisance sonore.

Lors de la dernière édition du Cebit, SanDisk avait présenté un SSD 32 Go au format 2,5 pouces susceptible de remplacer les disques durs des ordinateurs portables. Intel, Fujitsu ou encore Adtron travaillent pour élaborer des solutions similaires.

Transcend aussi. Mais le constructeur américain a décidé de se démarquer en présentant un SSD au format ExpressCard d’une capacité pouvant atteindre 16 Go (elle est également proposée en 2, 4 et 8 Go). L’ExpressCard/34 SSD est donc parfaitement adaptée aux ordinateurs portables équipés d’un port ExpressCard.

Le produit de Transcend supporte par ailleurs les applications USB 2.0 (pour lesquelles un adaptateur est livré avec la carte) et PCI Express. Elle est d’ailleurs compatible avec la fonction ReadyBoost de Windows Vista qui permet d’augmenter la mémoire “cache” du système et d’en optimiser les accès. La technologie Flash est en effet réputée plus véloce que les disques durs notamment freinés par les opérations mécaniques inhérentes à leur fonctionnement. Enfin, l’ExpressCard/34 supporte l’ECC (Error Correction Code). Sa disponibilité et les tarifs n’ont pas encore été dévoilés.

Pour la petite histoire, c’est Samsung qui, au Cebit 2006, avait présenté le premier une solution SSD, un disque Flash 1,8 pouce de 32 Go. En mai 2006, il présentait le premier ordinateur portable, le Q30, ainsi qu’un ultra mobile PC (UMPC), le Q1, équipés de ce disque SSD. Mais les produits sont restés cantonnés au marché coréen. Depuis, Samsung a enrichi sa gamme SSD de modèles 1,8 pouce et Slim (la carte Flash brute pour UMPC) ainsi qu’un prototype de SSD 1,8 pouce à 64 Go.

SanDisk présente une CompactFlash à débit élevé
SanDisk vient de dévoiler une carte CompactFlash (CF) de 8 Go. Bien qu’impressionnante (pour une carte Flash), la capacité de stockage n’est pas un record. Nombre de constructeurs, à commencer par SanDisk, proposent déjà de telles solutions depuis plus d’un an. Mais la CompactFlash 5000 du fabricant californien se distingue par sa vélocité. La carte atteindrait les 30 Mo/s de débit soutenu en lecture comme en écriture. Contre, au mieux, 20 Mo/s (19,7 précisément) pour les CF les plus performantes. Il faut dire que Sandisk réserve la CF 5000 au marché de l’embarqué à travers des produits comme les ordinateurs monocartes industriels, les équipements télécoms, les terminaux points de vente et autres applications critiques. La carte fonctionne dans des températures comprises entre -25 et +85 degrés Celsius, et supporte les conditions extrêmes (comme l’environnement à 25 km d’altitude). Le démarrage de la production des CF 5000 est prévue pour juin 2007.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur