Samsung en rupture sur les écrans flexibles ?

Mobilité
samsung-ecran-flexible-smartphone

Samsung est pressenti pour différer le lancement commercial de ses premiers écrans flexibles, dont la fabrication serait plus chronophage qu’escompté.

Pressenti pour prendre les rênes sur le dossier des écrans flexibles, Samsung pourrait se voir griller la politesse par LG.

Le fabricant des Galaxy tablait initialement sur un lancement commercial avant la fin de l’année, avec en vedette supposée le tabphone Galaxy Note 3.

Mais un accroc technique au niveau des chaînes de production perturberait cet ordre de marche.

L’étape problématique, c’est l’encapsulation, qui vise à protéger hermétiquement l’écran OLED, sensible à l’oxygène et aux moisissures causées par l’humidité.

Basé sur un brevet technologique acquis en 2011 auprès de l’Américain Vitex System, le processus serait opérationnel, mais bien plus chronophage qu’escompté.

Samsung ambitionne en l’occurrence de réduire le temps d’assemblage à 2 minutes maximum par terminal.

Il est question, selon un porte-parole qui s’est confié à la presse sur place, de revoir le mode opératoire, voire d’opter pour une tout autre technologie.

L’avènement des écrans souples “Youm” – dévoilés en janvier lors du CES de Las Vegas – serait retardé d’autant.

Le principe technologique ne bougerait cependant pas d’un iota : les propriétés de l’OLED (Organic Light-Emitting Diode) sont mises à contribution pour constituer des panneaux théoriquement “incassables” de par leur constitution, le plastique étant préféré au verre.

Bien que peu disert quant à ses ambitions en la matière, LG semble suivre cette même piste. Ses premiers terminaux ainsi équipés pourraient sortir d’usine avant la fin 2013, à la faveur d’un partenariat avec le ministère sud-coréen des Finances.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien l’entreprise Samsung ?

Crédit photo : The Wall Street Journal


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur