SAP : en avant toute sur les services Web !

Cloud

Si par le passé SAP a été un farouche partisan du tout intégré, l’éditeur adopte aujourd’hui un autre discours. Avec NetWeaver, il propose des outils permettant d’intégrer des processus métier, quelle que soit l’origine (SAP ou non) des modules applicatifs sous-jacents, et de les transformer en services Web. Une des originalités de son approche est de chercher à transcender la guerre technologique ?NET versus Java.

SAP a présenté jeudi sa nouvelle stratégie en matière d’intégration d’applications, laquelle fait la part belle aux services Web. D’après les dirigeants de l’éditeur cette stratégie devrait guider l’évolution de son offre produit pour les dix prochaines années. Concrètement SAP lance sous le nom de NetWeaver, un ensemble de produits regroupant à la fois des produits anciens – portail, applications d’analyse de données et serveur d’application ? et des nouveautés permettant de déployer des services Web. Le lancement de NetWeaver est associé à un autre choix stratégique, celui de ne pas prendre position dans la guerre de religion opposant ?NET de Microsoft à aux tenants de Java, notamment IBM. Ainsi NetWeaver sera-t-il disponible tant pour le serveur d’applications WebSphere d’IBM que pour l’architecture ?NET.

L’idée qui a présidé à la conception de NetWeaver est la suivante : les entreprises sont confrontées à un challenge, celui de l’ouverture de portions de leur système d’information – on parle communément de processus métier, par exemple la gestion d’une commande – à leurs partenaires. Il s’agit même pour elles d’introduire une certaine dose d’intégration et de synchronisation entre leur système d’information et ceux des entreprises constituant leur chaîne de valeur. C’est le domaine du commerce collaboratif. Et ce qui est censé autoriser techniquement cette ouverture ce sont les standards des services Web. Lesquels permettent effectivement d’exécuter à distance, via un réseau, un module applicatif, par exemple le processus métier – gestion d’une commande. C’est là qu’intervient SAP et sa plate-forme NetWeaver dont la fonction est d’aider à l’élaboration des processus métiers ayant vocation à être transformés en services Web.

Ouvrir les systèmes d’information vers l’extérieur

Reprenons l’exemple de la gestion de commandes. Pour une entreprise équipée d’un progiciel de gestion intégré (PGI), la gestion d’une commande fait intervenir certains modules du PGI lesquels accèdent à des systèmes d’autres éditeurs, par exemple une base de données. Il faut donc bien un middleware intermédiaire afin de gérer l’intégrité de la transaction. La plate-forme NetWeaver n’est rien d’autre que ce middleware. Le processus ainsi créé est ensuite transformé en service Web grâce aux standards ad hoc SOAP et WSDL. Doté de cette interface, il peut être délivré à l’extérieur.

L’objectif de NetWeaver est donc d’intégrer en un processus métier cohérent des modules applicatifs de SAP ou non. Avec NetWeaver, SAP vise à fournir le socle technique aidant les entreprises à préparer leur système d’information en vue de l’ouvrir sur l’extérieur. En complément, l’association à des outils de type décisionnel permet de mettre en place des indicateurs d’évaluation de la performance du processus.

Ceci étant précisé, on peut peut-être s’étonner de la déclaration d’intention de SAP de ne pas privilégier le middleware de Microsoft plutôt que celui d’IBM, car SAP semble bel et bien chercher à s’imposer dans ce domaine technique et sera à terme concurrent d’IBM et de Microsoft. Un soutien en forme de baiser de la mort en somme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur