Sarenza.com veut vendre des chaussures partout en Europe

Mobilité

Le site marchand français vient d’effectuer un deuxième tour de table de
quatre millions d’euros pour réaliser son projet.

Cela peut paraître étonnant mais les chaussures peuvent se vendre sur Internet. C’est la pari de Sarenza.com qui vient de lever 4 millions d’euros auprès de Société Générale Asset Management (SGAM qui apporte trois millions d’euros) et Galileo Partners (qui apporte un complément d’un million). Sachant qu’à l’ouverture du site marchand en septembre 2005, le second investisseur financier avait déjà participé à un premier tour de table de 2 millions d’euros. “Nous avons choisi ces investisseurs pour leur connaissance du e-commerce”, commente Franck Zayan, co-fondateur et co-président de Sarenza.com.

“Notre site a pour coeur de cible les femmes de 25 à 45 ans. Elles représentent 70% de notre base totale de 50 000 clients. A titre indicatif, le site a enregistré 400 000 visiteurs uniques en juillet dernier”, explique Franck Zayan. De prime abord, Sarenza.com veut offrir une large gamme de produits comptant 180 marques et 2 500 modèles. “Nous ne proposons à nos clients que des produits de marque”, précise-t-il. Le deuxième axe est de délivrer aux clients un service de qualité : “L’expédition des produits est offerte et nous proposons une période de 100 jours d’essayage”, ajoute-t-il.

Ouverture d’un site en Belgique d’ici la fin de l’année

La première levée de fonds avait pour objectif de démarrer activement sur le marché français. “Avec cette deuxième levée de fonds, nous comptons accélérer notre développement sur la France mais surtout étendre notre expertise au niveau européen”, annonce Franck Zayan. D’ici la fin de l’année, Sarenza.com devrait ouvrir un site en Belgique, puis au début de l’année prochaine au Royaume-Uni et enfin en Allemagne plus tard en 2007.

“Concrètement, ces investissements visent à augmenter notre capacité de stockage qui est pour l’heure d’une cinquantaine de milliers d’articles. Ils nous permettront également d’investir sur une logistique plus performante. Enfin, ils devraient permettre de générer l’acquisition de nouveaux clients à l’international”, précise le représentant du site marchand.

En l’état actuel, la start-up ne communique pas sur ses résultats financiers. Néanmoins, les objectifs sont ambitieux avec une prévision de chiffre d’affaires de 300 millions d’euros à échéance 2010. Une évaluation qui n’est pas donnée au hasard. Le marché de la chaussure représente sur la France, le Bénélux, l’Allemagne et le Royaume-Uni un chiffre d’affaires total de 30 milliards d’euros par an. “Nous comptons capter 1% du chiffre d’affaires sur ces marchés”, conclut-il.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur