Sauvegarde sur disque : HP France s’attaque à la déduplication

Cloud

D’ici la rentrée, le constructeur va lancer des offres de systèmes de sauvegarde à déduplication pour les data center, les grandes entreprises, et les PME-TPE.

Hewlett-Packard l’affirme: “La déduplication des données va aider les entreprises à mieux protéger leurs données, restaurer plus rapidement leurs fichiers et, surtout, réduire de façon drastique les coûts de sauvegarde”. Visant toutes les tailles d’entreprises, le constructeur va lancer trois gammes de systèmes de sauvegarde à déduplication d’ici septembre.

Avec ses nouveaux systèmes de stockage, HP intègre les dernières technologies de déduplication. Comme son nom l’indique, le principe de déduplication des données consiste à traquer et éliminer les redondances d’enregistrement, notamment grâce à l’utilisation transparente de pointeurs.

La déduplication des données, qui opère au niveau “blocs” ou “objets” logiques, ne doit pas être confondue avec les techniques, dites de compression de données. Celles-ci agissent en effet à plus bas niveau, c’est-à-dire sur la redondance intra-enregistrement.

La déduplication ne doit pas non plus être confondue avec l’enregistrement incrémental. Celui-ci consiste à ne conserver que les variations successives des données, à partir d’un enregistrement antérieur complet (full). Trois procédés qui s’avèrent donc complémentaires.

50 fois plus de données stockées par support d’enregistrement

A partir d’exemples chiffrés, HP montre d’ailleurs que le gain propre à la déduplication est lié aux paramètres de renouvellement des données stockées, du temps de garde et de la fréquence d’incrémentation, et que ce ratio “dépend aussi de la méthode de mesure”.

La déduplication permettrait ainsi de stocker, jusqu’à 50 fois plus de données par support d’enregistrement! Plus raisonnablement, Dave Russell, vice-président de Gartner, précise que “les utilisateurs (de technologies de déduplication) peuvent économiser jusqu’à 50% d’espace disque”.

La réduction du volume de stockage “sans perte de données” permet d’économiser sur les unités de sauvegarde et sur les frais de consommation afférents. Ce meilleur taux d’occupation du support, comme l’explique HP, réduit aussi les temps d’accès aux données sauvegardées, ce qui améliore d’autant le plan de reprise d’activité sur sinistre (PRA).

De même, la réduction drastique du volume des données, en diminuant le besoin en bande passante d’acheminement, favorise leur sauvegarde à distance et donc leur sécurisation. Comme quoi la déduplication bénéficie à la réplication!

Virtualisation du stockage

La partie logicielle des systèmes HP de déduplication comprend des fonctions de virtualisation du stockage, qui permettent de sauvegarder, sur une même unité de disques, les données de différents serveurs.

HP affirme que son logiciel de supervision, accompagnant ses systèmes de sauvegarde, est compatible avec la plupart des solutions de stockage actuelles. Il ajoute que son interface graphique suffit à administrer ses fonctions d’équilibrage de charge, de modularité, de diagnostic, d’automatisation ou, encore, d’émulation de stockage sur bande magnétique…

Reste à connaître le degré de compatibilité de ce superviseur, avec les différentes technologies de virtualisation du système d’information.

Déploiement d’une gamme HP pour divers profils d’organisations

Les solutions de sauvegarde, HP StorageWorks VLS (Virtual Library System), destinées aux data centers, permettent d’émuler simultanément les cartouches LTO, DLT et SDLT. Leur capacité de stockage s’étend jusqu’à 1280 To, avec un débit de 4800 Mo/s. Leur mode de déduplication, dit “Accelerated”, fonctionne en temps différé, soit après l’enregistrement des données, pour obtenir un meilleur taux d’occupation des disques, sans affecter le débit

Destinés aux PME et aux agences de grandes entreprises, les systèmes de sauvegarde, HP StorageWorks D2D (Disk to Disk), opèrent, eux, la déduplication des données en temps réel, c’est-à-dire “à la volée”, lors de leur transfert des disques d’application aux disques de sauvegarde. Sur cette gamme, la capacité de stockage va jusqu’à 9 To et le débit jusqu’à 80 Mo/s. La fonction D2D2T (Disk to Disk to Tape) permet d’archiver les données “dédupliquées”, sur bande magnétique LTO. La gamme StorageWorks D2D commence au tarif d’environ 4230 euros hors taxes.

Aux TPE et aux petites entités, HP destine le système de sauvegarde à déduplication, StorageWorks RDX (Removable Disk). Cette gamme se compose de deux disques amovibles de 160 et 320 Go, 30 Mo/s, de leur boîtier d’accueil USB 2, interne ou externe, et de leur logiciel d’administration. L’ensemble s’adapte aux postes de travail ou aux petits serveurs. Ce système rudimentaire, HP StorageWorks RDX, est accessible pour moins de 200 euros hors taxes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur