Sauvez le Net, achetez en ligne !

Mobilité

Soyez sympa avec les start-up de la nouvelle économie. Achetez en ligne, consommez même si vous n’avez besoin de rien, c’est pour la bonne cause ! C’est-à-dire celle des marchands du Net victimes, depuis un an déjà, de la récession sur les valeurs de la haute technologie. Telle est l’initiative lancée par Iconocast qui appelle au surmenage de la carte bancaire pour la journée du 3 avril.

Après la Journée mondiale sans achats, pour lutter contre la surconsommation (et dont le prochain rendez-vous est fixé au 23 novembre 2001), voici la Journée avec achats (forcés ou presque) pour sauver Internet, rien de moins. Organisé par Iconocast, un site d’informations américain, cette journée qui invite les internautes à consommer pour sauver les .com se déroulera ce mardi 3 avril. Et, si c’est un pétard mouillé, ce n’est pas un poisson à retardement. Car Iconocast pense sincèrement que les dotcom (à prononcer “dote comme” si l’on veut être dans le vent) sont une espèce en voie de disparition, victimes de la crise (du réajustement, diront certains) qui frappe les valeurs de la nouvelle économie et autres start-up.

Un appel à la générosité des internautes “Propagée par un manque de confiance, que je qualifierais de “viral”, la Net-économie s’est laissée glisser dans une récession. Si cette tendance persiste, tu verras peut-être bientôt disparaître ton shopping on-line, tes e-zines quotidiens, ton site de musique ou ton chat préféré. Imagine l’Internet sans Yahoo! ou Free.fr”, explique sans complexe Michael Tchong dans une version française de son “appel à la consommation” qui, avec les versions espagnole et le portugaise, accompagne le texte original. Pour soutenir cette “Journée du Soutien au Net”, le PDG d’Iconocast invite, sans hésiter et sans rire, à consommer en ligne. “Evite les boutiques de détail de ton quartier. En revanche, connecte-toi à ton magasin on-line préféré et achète au moins un article. Ou alors achète 10 actions d’une entreprise de la Net-économie que tu aimes bien.” Monsieur Tchong nous prendrait-il pour des pigeons (fortunés) ou bien faut-il lui rappeler qu’avant d’être un gigantesque supermarché virtuel, Internet est à l’origine un réseau d’échange d’informations ouvert et (presque) gratuit et que le modèle économique des entreprises privées ne regarde qu’elles et leurs actionnaires ? Pour conclure, cet apôtre de la consommation nous incite à spammer son appel à dix (ou plus) autres personnes, tout en profitant, au passage, de l’aubaine pour enregistrer les adresses e-mail. Autant de prospects en perspective.

Au fait, pourquoi le 3 avril ? Tout simplement parce que, un an auparavant, le Nasdaq (cotation des valeurs high tech de Wall Street) connaissait son premier plongeon avec une chute de 214 points. Un triste anniversaire, certes, mais la proposition avancée par Iconocast n’est certainement pas la solution au problème. Une consommation artificielle pour maintenir en vie une économie virtuelle finira, comme le Nasdaq, par se dégonfler d’elle-même, aggravant ainsi une situation déjà fragile. Reconnaissons à Michael Tchong le mérite de relancer, involontairement, le débat sur la gratuité du réseau.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur