SCO renaît de ses cendres

Cloud

Une injection de fonds libère la société de la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.

Profitant d’une injection surprise de liquidités par un fonds d’investissement, SCO est de retour dans le monde des affaires en tant que société privée. En septembre 2007, la société avait été placée sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites après avoir été déboutée de sa plainte concernant la propriété d’Unix.

SCO vient de bénéficier d’un fonds de 100 millions de dollars financé par la société d’investissement new-yorkaise Stephen Norris & Co Capital Partners (SNCP) ainsi que par des investisseurs anonymes du Moyen-Orient. Ces fonds permettront à l’entreprise de se libérer de la protection du chapitre 11 et de revenir dans la course en tant que société privée.

“Nous avons vu une énorme opportunité d’investissement chez SCO et sa gamme étendue de produits et services, ainsi que ses nombreuses innovations prêtes à être commercialisées ou sur le point de l’être”, a déclaré Stephen Norris, associé directeur chez SNCP. “Nous espérons pouvoir étendre rapidement ces opportunités et profiter de la base existante de clients et partenaires de SCO.”

Mais cet accord est une mauvaise nouvelle pour le PDG controversé de SCO, Darl McBride, qui sera contraint de démissionner dès le versement des fonds prévus au contrat.

“Cet important soutien financier est positif pour les clients, partenaires et revendeurs de SCO qui continuent de demander des mises à niveau et à se fier aux services Unix de SCO pour les besoins de leurs activités”, a déclaré Jeff Hunsaker, président des Opérations de SCO.

Le conseil d’administration de SCO a accepté le plan d’injection de fonds, sans toutefois préciser si la société poursuivrait ses procédures judiciaires pour obtenir la paternité d’Unix.

Traduction de l’article SCO rises from the ashes de Vnunet.com en date du 15 février 2008.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur