SCO veut faire payer les utilisateurs de Linux

Cloud

Affirmant détenir des droits sur le code source d’Unix, lequel aurait été en partie copié dans Linux, SCO Group veut désormais prélever une taxe sur l’OS libre. Histoire de mettre les utilisateurs à l’abri d’éventuelles poursuites judiciaires…

SCO Group prépare un programme de licence qui permettra aux entreprises d’utiliser Linux en toute quiétude. Rappelons que SCO est parti en croisade afin de faire reconnaître d’une part qu’il détient des droits à la propriété intellectuelle sur un des noyaux d’Unix les plus prisés, Unix Systems V, et d’autre part que des portions du code source de ce noyau ont été, par le truchement d’IBM et de façon abusive, copiées dans celui de Linux, mettant donc les utilisateurs de Linux dans l’illégalité (voir édition du 15 mai 2003). A ceux qui s’en inquiéteraient, SCO va donc proposer dans les prochains mois de s’acquitter d’une certaine somme, selon des modalités qui restent à préciser, afin de régulariser leur situation. Evidemment, cette initiative est en contradiction complète avec l’esprit qui anime le mouvement Open source, lequel repose sur l’utilisation gratuite des logiciels développés selon ces principes. Et elle ne peut que heurter tant les développeurs libres que les entreprises utilisatrices. Autant dire que ces dernières ne vont sans doute pas se précipiter pour acheter une licence Linux à SCO Group.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur