Second Life ouvre un univers virtuel 3D privé pour les entreprises

Cloud

Linden Lab délivre la version bêta de sa solution Second Life Enterprise, permettant aux organisations de se créer, sur leur réseau, leur propre univers virtuel privé en 3D pour échanger et communiquer.

Second Life tente de refaire parler de lui en courtisant cette fois le monde des entreprises en leur proposant de créer sur leur réseau un univers virtuel en 3D privé, Second Life Enterprise, uniquement disponible pour le moment en version bêta.

Selon Linden Lab, le fondateur de Second Life, cette plate-forme, présentant le même niveau de sécurité qu’un Intranet, permet aux collaborateurs de l’entreprise d’organiser des réunions et conférences ou des sessions de formation dans l’univers parallèle de Second Life, de disposer en ligne d’outils de visualisation en 3D et de collaboration (chat, VoIP)  pour par exemple créer et échanger des documents.

Permettant de supporter plus de 800 utilisateurs dans un même environnement virtuel, la version bêta de Second Life Enterprise est disponible au prix de 55 000 dollars.

Linden Lab affirme que plus de 1 400 entreprises dans le monde utilisent déjà Second Life comme un véritable outil professionnel, et espère donc pouvoir tirer partie de cette bonne réputation pour promouvoir son univers virtuel privé Second Life Entreprise, qui se veut être une solution complète combinant création, collaboration et communication.

Si une version finale est prévue pour sortir dans le courant du premier semestre 2010, la nouvelle gamme professionnelle de Linden Lab est d’ores et déjà testée par 14 firmes qui ont intégré le programme bêta, à l’image d’IBM, DefenseWeb Technologies ou du spécialiste américain du secteur de la défense Northop Grumman.

Par ailleurs, Linden Lab couple à cette solution une place de marché, Second Life Work Marketplace, où les entreprises clientes de la plate-forme peuvent acheter ou échanger des applications liées au cadre de travail afin de personnaliser leur environnement virtuel.

A l’heure de la montée en puissance des jeux vidéo et de leur version pour les entreprises, les serious games, Linden Lab tient à ne pas manquer le coche du renouveau des mondes virtuels. Dans le cadre du plan de relance numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire d’Etat en charge de l’Economie numérique, avait lancé il y a quelques semaines un appel à projets dans le domaine du serious game, doté d’une enveloppe de 20 millions d’euros.  Au total, 48 projets ont été retenus, sur 166 dossiers déposés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur