Le secteur informatique français victime de la crise en 2013 ?

CloudRégulations
informatique syntec numerique

Selon Syntec Numérique, le secteur informatique français ne devrait enregistrer, en 2013, qu’une faible croissance de 0,3%. Un certain dynamisme est envisagé du côté de l’activité logiciels, tirée par le SaaS.

Après avoir sensiblement augmenté l’an dernier (+0,8%), le secteur informatique français devrait enregistrer une croissance atone en 2013 (+0,3%), d’après Syntec Numérique.

L’activité édition de logiciels résiste « mieux que les autres », selon les termes de la fédération patronale. Ainsi, malgré une fin d’année 2012 difficile, le segment devrait croître de 1,6% en 2013 (+1,9% en 2012).

Cette progression reste toutefois supérieure à celle publiée récemment (+0,7%) dans le baromètre Cockpit Afdel/PAC/CXP…

Tous mettent l’accent sur la progression du SaaS, qui représenterait 10% du marché logiciel en 2013 selon Syntec Numérique. Globalement, les principaux relais de croissance restent : le Big data, le cloud computing et la mobilité.

Moins bien loti que l’édition de logiciels, le conseil en technologies est bousculé par l’allongement des cycles de décision et la baisse du volume des commandes.

Plus porteur à l’international qu’au niveau national, le segment progresserait seulement de 0,5% cette année, après avoir gagné 2% en 2012, souligne Silicon.fr.

Enfin, l’activité conseil et services informatiques, qui représente plus de 60 % du CA réalisé par l’ensemble du secteur (49,5 milliards d’euros en 2012), reculerait de 0,3% cette année, après avoir affiché une croissance nulle l’an dernier.

Le segment souffre de la pression sur les prix et des relations parfois tendues entre les SSII et leurs clients.

Concernant l’embauche, Syntec Numérique et IDC estiment à 6000 la création nette d’emplois dans le secteur informatique français en 2012. Cette année, les recrutements devraient se tasser.

Parallèlement à la publication de son étude de marché, Syntec Numérique tient à promouvoir un changement de nom symbolique.

Selon les souhaits de la chambre professionnelle, les prestataires de services IT ne seraient plus qualifiés de SSII (sociétés de services d’ingénierie informatique) mais de ESN (entreprises de services du numérique).

Les termes SSII seraient-ils datés et trop souvent associés à la forte rotation de l’emploi ? Pour l’organisation patronale présidée par Guy Mamou-Mani (Open), la modification des structures et modèles économiques des entreprises du secteur, ainsi que l’extension du numérique à l’ensemble de l’économie, impliquent un nouveau nom.

———————————————————————————————-

Quiz : Connaissez-vous bien les opérateurs mobiles low cost ?

 

 

Crédit image : Copyright TijanaM-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur