Sécurité IT : l’approche BYOD de Bluebox séduit les investisseurs

EntrepriseLevées de fondsStart-up
securite-mobile-bluebox-levee-fonds

La start-up américaine Bluebox va mettre à profit son 2e tour de financement (18 millions de dollars) pour finaliser le développement de sa solution de sécurité mobile dont l’officialisation est prévue pour le mois de février.

Spécialisée dans la protection des données sur mobile, la start-up américaine Bluebox a levé 18 millions de dollars pour son 2e tour de table.

Trois investisseurs historiques, en l’occurrence les fonds privés Andreessen Horowitz et SV Angel ainsi qu’Andreas Bechtolsheim (cofondateur de Sun Microsystems), ont remis au pot. Marquée par l’entrée au capital du fonds privé californien Tenaya, cette opération porte à 27,5 millions de dollars le total des sommes injectées dans la jeune société depuis sa création en 2012.

Capitalisant sur cet apport, le CEO Caleb Sima – ancien directeur technique de l’Application Security Center chez HP – compte accélérer la mise sur le marché de la technologie que ses équipes développent depuis deux ans. L’échéance du 19 février 2014 a été retenue pour lever le voile sur une offre destinée exclusivement aux entreprises.

Au coeur de la réflexion, une problématique propre au phénomène du BYOD (“Bring Your Own Device”) : la convergence des usages personnels et professionnels, encore mal maîtrisée alors qu’elle met d’autant plus en danger les données que s’échangent les collaborateurs. Bluebox se positionne à la croisée des chemins entre sécurité et  productivité, avec l’objectif de faciliter cette gestion des terminaux mobiles, question “trop souvent esquivée” par les directions informatiques, selon Caleb Sima.

Peu d’informations ont été dévoilées quant à la solution en elle-même. Tout au plus est-il question d’une compatibilité assurée avec l’iPhone et l’iPad. Il est fort probable que Bluebox propose, comme son concurrent Lookout (soutenu par Orange), de l’authentification forte, un service de réseau privé virtuel, du chiffrement, une sécurisation de la navigation Web ou encore des outils de contrôle à distance. Pour accompagner le lancement de son produit, la jeune pousse compte aussi renforcer ses équipes commerciales, comme l’explique son COO Adam Ely, qui chapeautait précédemment l’activité Heroku chez Salesforce.com.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous vos informations personnelles sur Internet ?

Crédit illustration : Spasiblo – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur