Sécurité IT : Blue Coat bientôt de retour à Wall Street ?

BourseEntreprisePare-feuxSécurité
blue-coat-ipo
3 62

Une partie du capital de Blue Coat pourrait bientôt se négocier sur le NYSE. L’éditeur américain cherche à lever 100 millions de dollars avec cette IPO.

Retour en Bourse pour Blue Coat ?

L’éditeur de solutions IT basé en Californie pourrait retrouver Wall Street plus de quatre ans après sa sortie du Nasdaq. C’était en février 2012, après son acquisition par le fonds Thoma Bravo, pour 1,3 milliard de dollars.

Depuis lors, l’entreprise a changé de mains, passant, en mai 2015, dans le giron de la société d’investissement Bain Capital. Un deal à 2,4 milliards de dollars, dette incluse, qui ouvrait la voie à une éventuelle réintroduction sur les marchés publics.

Le dossier a bien avancé, à s’en fier au prospectus déposé ce 2 juin 2016 auprès de la SEC (Securities and Exchange Commission, gendarme de la Bourse aux États-Unis).

Blue Coat vise cette fois-ci une cotation sur le NYSE, sous le symbole BLCT, avec l’objectif de lever 100 millions de dollars.

On ignore, pour l’heure, combien de titres seront émis et à quel prix. À l’issue de l’opération, les fonds associés à Bain Capital disposeront néanmoins toujours de la majorité des droits de vote.

Des pertes à compenser

Au-delà de son cœur de métier orienté sur la sécurité des connexions Web en entreprise* (filtrage, antivirus, optimisation réseau…), le groupe américain a multiplié les opérations de croissance externe ces dernières années.

Sur la liste des acquisitions figurent Crossbeam Systems (sécurité réseau), Solera Networks (protection contre les « menaces avancées »), Norman Shark (analyse de données), Perspecsys et Elastica (sécurité cloud), ainsi que l’appliance SSL Visibility de Netronome Systems.

Blue Coat souligne que 70 % de ses 250 principaux clients ont adopté au moins une des « nouvelles solutions » associées à ces rachats.

Plus globalement, son modèle économique se base sur des cycles de vie de 5 ans au-delà desquels les clients renouvellent généralement leurs produits. La commercialisation se fait en indirect, avec un réseau d’environ 2 000 partenaires. Sur les deux derniers exercices fiscaux, 84 % des ventes ont été réalisées via des distributeurs ; le reste, par des revendeurs.

Les derniers résultats annuels – pour l’exercice 2016 décalé, achevé le 30 avril – font état d’un chiffre d’affaires en hausse… sauf si l’on tient compte, dans le cadre des normes comptables GAAP, des modifications induites par le passage dans l’escarcelle de Bain Capital.

Dans ce cas, le CA s’élève à 598 millions de dollars, contre 631 millions sur l’exercice 2015 et 606 millions en 2014. Quant aux pertes, elles se creusent, à 289 millions de dollars (15 millions en 2015 et 51 millions en 2014), les frais administratifs faisant plus que doubler d’une année sur l’autre. La trésorerie diminue elle aussi, à 136 millions de dollars au 30 avril 2016, contre 202 millions un an plus tôt.

* Blue Coat est aussi monté en puissance sur les technologies de chiffrement, la protection des applications Web et la réponse aux incidents.

Crédit photo : Joseph Sohm – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur