Sécurité IT : HP cède TippingPoint à Trend Micro

CyberDéfenseEntrepriseFusions-acquisitionsPare-feuxSécurité
hp-tippingpoint
2 29

La restructuration de HP se fera sans TippingPoint (sécurité réseau, détection d’intrusion), cédé à Trend Micro pour 300 millions de dollars.

À dix jours de sa scission en deux sociétés indépendantes, HP continue de restructurer ses activités.

Le groupe informatique américain se déleste de sa division TippingPoint, spécialisée dans la sécurité réseau… et revendue à Trend Micro.

L’éditeur d’origine japonaise met près de 300 millions de dollars sur la table pour s’offrir un portefeuille technologique orienté sur les pare-feu et la détection d’intrusion.

Il récupère aussi de la propriété intellectuelle et « de l’expertise ». En l’occurrence, celle des Digital Vaccine Labs, une équipe de chercheurs qui scrute le cyberespace pour assurer la mise à jour rapide des produits TippingPoint, par exemple au niveau des adresses IP et des noms de domaines indésirables.

Sujette à validation par les autorités américaines, la transaction devrait être bouclée avant la fin de l’année. Elle s’inscrit pleinement dans la stratégie de HP, qui mise sur des segments en forte croissance dans la sécurité informatique. En tête de liste, le chiffrement, ainsi que la gestion des applications avec Fortify.

Trend Micro associera son offre à celle de TippingPoint au sein d’une nouvelle entité Network Defense qui comptera quelque 3 500 clients et dont l’objectif sera, selon la patronne Eva Chen, d’assurer une sécurité de bout en bout, « avant, pendant et après les attaques ».

HP se concentrera sur la commercialisation de solutions de sécurité développées par ses partenaires, dont Trend Micro, avec lequel l’accord de coopération signé en 2014 restera d’actualité.

L’opération est plus stratégique que rentable pour HP, qui avait acquis TippingPoint en 2010 dans le cadre du rachat de 3Com, pour près de 3 milliards de dollars.

La multinationale avait déjà cédé, au mois de mai, le contrôle d’un actif hérité de 3Com : elle avait cédé au groupe Unisplendour (filiale de la société d’État chinoise Tsinghua Holdings) 51 % de H3C, issu d’une coentreprise 3Com – Huawei.

Crédit photo : kentoh – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur