Sécurité IT : un ransomware à l’hôpital

RisquesSécuritéVirus
hopital-ransomware
4 77

Le potentiel destructeur des rançongiciels pour l’activité des entreprises s’illustre dans un hôpital de Californie.

Le FBI, les autorités judiciaires de Californie et la police de Los Angeles ont lancé, vendredi 12 février, une enquête sur l’attaque informatique subie par le Hollywood Presbyterian Medical Center.

D’après les premières conclusions, cet hôpital qui peut accueillir plus de 400 patients n’a pas été expressément ciblé : il a été victime d’un rançongiciel.

Ce dernier lui réclame 9 000 bitcoins, soit environ 3,3 millions d’euros au cours actuel de la crypto-monnaie.

On ignore, pour l’heure, l’ampleur des dégâts. L’infection ne semble cependant pas limitée au serveur central : les blocs opératoires d’urgence connaissent des indisponibilités périodiques, selon Allen Stefanek, dont NBC a recueilli le témoignage.

Le président et CEO du Hollywood Presbyterian Medical Center avait décrété l’état d’alerte maximale le 5 février dernier.

Depuis lors, les employés ont pour consigne de laisser leur ordinateur éteint. Ce qui empêche l’accès à de nombreuses données, des images de scanners aux ordonnances de médicaments en passant par la documentation de certains appareils.

Le personnel est repassé au papier pour enregistrer les informations relatives aux patients. Lesquels doivent se déplacer pour obtenir leurs résultats d’examens.

Pour la communication avec les autorités, cela se passe par fax. Quant aux urgences (appels au 911), elles sont redirigées vers d’autres établissements.

Crédit photo : Arunas Gabalis – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur