Sécurité IT : les pirates ont rendez-vous à Sotchi

Cloud
sochi-2014-securite-it

Chargé d’assurer la sécurité des connexions lors des JO de Sotchi, Kaspersky Lab craint d’être débordé par les pirates informatiques… et les agences de renseignement.

Les XXIIes Jeux olympiques d’hiver, qui se tiendront officiellement du 7 au 23 février 2014 dans la ville balnéaire de Sotchi (Russie), vont donner du fil à retordre à Kaspersky Lab.

Responsable de la sécurité des connexions pour toute la durée de l’événement, l’éditeur craint d’être débordé par les attaques informatiques. Sa tâche sera d’autant plus difficile que les pirates se sont visiblement tous donné rendez-vous sur place. Malgré la mobilisation d’un cordon de sécurité sans précédent, “la menace invisible” n’a pas tardé à frapper. Plusieurs journalistes ont déjà été pris pour cible, avant même la cérémonie d’ouverture, dès lors qu’ils ont connecté leurs téléphones et ordinateurs au Net.

Rien ne dit que les services de renseignement, russes ou étrangers, ne profiteront pas de la cohue pour s’infiltrer eux aussi sur les terminaux informatiques. Une pratique d’autant plus courante dans les grands rassemblements où les réseaux sans fil non sécurisés sont massivement utilisés… et écoutés.

L’année passée, des documentations techniques rendues publiques par l’administration Poutine laissaient suggérer que l’Agence de renseignement fédérale russe (FSB) russes avait, en prévision de ces olympiades, mis en place un programme de cyber-surveillance apparenté au PRISM américain.

Les entreprises télécoms retenues à l’issue d’un appel d’offres auraient modifié l’architecture de leurs réseaux respectifs – aussi bien mobiles que Wi-Fi – pour y greffer des équipements destinés à filtrer les appels téléphoniques ainsi que le trafic Internet. L’ensemble serait relié à la plate-forme de cyber-surveillance nationale Sorm (“System or Operative Investigate Activities”), qui offre aux autorités un contrôle global sur l’ensemble des données : communications voix, e-mails, messagerie instantanée, réseaux sociaux…

Silicon.fr considère qu’il reste un point “positif” pour les participants : ils pourront probablement se connecter aux multiples serveurs FTP pirates présents en Russie (lesquels ne sont pas accessibles hors des frontières du pays). Y aura-t-il des médailles décernées aux meilleurs téléchargeurs ?

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous vos informations personnelles sur Internet ?

Crédit illustration : JuliusKielaitis – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur