Sécurité : Steve Ballmer précise la stratégie de Microsoft

Cloud

Le président de Microsoft a détaillé une stratégie en trois points destinée à sécuriser postes de travail et serveurs.

Steve Ballmer a profité de son voyage en Europe – au cours duquel il doit notamment rencontrer la commissaire à la Concurrence, Neelie Kroes, dans le cadre de nouvelles plaintes déposées contre Microsoft – pour faire un point sur la stratégie de l’éditeur en matière de sécurité. Accompagné de Mike Nash, vice-président et responsable de la division sécurité technologique, le président de Microsoft a présenté un plan en trois points ce matin à Munich (Allemagne). L’objectif restant de protéger l’ensemble des clients de Microsoft, qu’ils soient professionnels ou utilisateurs particuliers.

Une console de contrôle pour les administrateurs

Le premier point concerne le développement d’outils de protection adéquats. La sécurité passera notamment par Client Protection (protection du poste client), une “solution pour protéger les ordinateurs de bureau, les portables et les serveur des menaces virales actuelles et à venir”, souligne le communiqué. Cette solution, qui reste à développer, entendra notamment lutter contre les logiciels espions et les rootkits, ces agents malveillants qui se jouent des antivirus (voir édition du 15 mars 2005). Plus concrètement, Client Protection prendra la forme d’une console de contrôle qui, grâce à des alertes et rapports d’événements, permettra aux administrateurs de repérer les faiblesses de leur infrastructure informatique.

Deuxième point : une solution antivirale et antispam, baptisée pour l’heure Antigen, dédiée aux outils de communication (messageries et serveurs collaboratifs) et issue des technologies de Sybari Software que Microsoft a racheté en début d’année (voir édition du 9 février 2005). L’éditeur de Redmond y ajoutera son propre moteur antiviral qui bénéficiera également aux actuels clients de Sybari. La bêta d’Antigen est attendue pour le premier semestre 2006.

Concertation avec l’industrie

Enfin, la sécurité passe également par la concertation avec les acteurs de l’industrie et les pouvoirs publics. Organiser cette concertation est l’objectif de la SecureIT Alliance qui aura pour mission de “développer des solutions de sécurité pour la plate-forme Microsoft”. La SecureIT Alliance intègre notamment la Virus Information Alliance (VIA) et la Global Infrastructure Alliance for Internet Safety (GIAIS).

Il est encore trop tôt pour savoir comment cette stratégie s’intégrera dans Vista, la prochaine version de Windows. Au delà de ces points de développement, Steve Ballmer a souligné les efforts de Microsoft en matière de sécurité. Ceux-ci passent notamment par un code plus sûr, en particulier grâce à des mises à jour proposées dans le cadre de l’initiative Engineering Excellence, ainsi qu’une offre de défense antivirale intégrée à Windows et contrôlée par l’utilisateur et, enfin, une politique de rejet des utilisateurs non identifiés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur