Sega marque son territoire

Mobilité

Après Sony l’an dernier et son chien Aibo, c’est au tour de Sega de se lancer sur le marché des jouets cyber. Moins perfectionné que son concurrent, Poo-Chi sera aussi cent fois moins cher.

Les ventes exceptionnelles du chien robot de Sony (15 000 pièces vendues à 2 500 dollars l’unité) ont visiblement marqué Sega. Le constructeur de console de jeux s’apprêtent à lancer le premier avril un concurrent d’Aibo, la créature de Sony, nommé Poo-Chi. Pour leur bébé, les ingénieurs de la firme nippone ont repris le concept d’animal de compagnie qui a si bien réussi à Sony, Poo-Chi ressemblant vaguement à un chien. Mais à l’inverse de Sony, qui avait positionné Aibo comme un objet technologique de luxe, Sega souhaite que Poo-Chi soit massivement distribué. En effet, avec un prix de lancement de 28 dollars sur le marché japonais, Sega désire en vendre près d’un million d’ici à la fin de l’année 2000.

Si Poo-Chi vaut 100 fois moins cher qu’Aibo, c’est principalement parce qu’il est beaucoup moins perfectionné. Il possède moins de capteurs et sa capacité à acquérir des informations est bien moindre que celle du produit Sony. Long de moins de 20 centimètres et pesant un peu plus de 350 grammes, Poo-Chi sera proposé en trois coloris, bleu, rose et vert. Avec ce gadget, Sega compte principalement touché une clientèle jeune et féminine, à l’image de celle touchée par la vague des tamagoshis il y a deux ans. Pour l’instant aucune importation en Europe n’est envisagée mais de bons résultats sur le marché nippon pourrait décider Sega à proposer Poo-Chi mondialement.

Pour en savoir plus:

* Sega of America

* Sega Japon

* Le site d’Aibo


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur