Séisme – Haïti : le FBI recommande la plus grande prudence aux donateurs sur Internet

CloudRisquesSécurité

Le FBI veut éviter des arnaques en ligne déguisées en sollicitations pour des dons pour les victimes en Haïti. Pour Websense, le malheur des uns fait le malware des autres…

Les grandes catastrophes comme le tremblement de terre en Haïti réveillent les ardeurs des auteurs d’opérations de spams et de phishing.

Aux Etats-Unis, le FBI vient de lancer une alerte publique dans ce sens à destination des donateurs.

La police fédérale américaine recommande une certaine vigilance de la part des internautes lorsqu’ils reçoivent des sollicitations pour effectuer un don aux victimes du sinistre. Il fournit un mémo pour éviter de tomber dans le piège de pirates.

Le geste peut paraître naturel mais, en fait, c’est encore loin d’être une évidence : il ne faut pas répondre aux e-mails non sollicités invitant à cliquer sur un lien hypertexte.

C’est le cas typique du courrier-leurre visant à emmener l’internaute vers un site pirate et à détourner ses données.

Eviter de vous émouvoir devant votre ordinateur en recevant des pseudos-témoignages de survivants de la catastrophe qui réclame une aide financière par Internet.

Les sollicitations des organisations non gouvernementales venant aux secours des populations en détresse doivent être également considérées avec une très grande prudence.

Il vaut se rendre directement sur le site Internet de l’ONG pour faire directement un don en ligne plutôt que de se laisser guider par un lien inclus dans un e-mail (même si tout porte à croire que l’expéditeur de ce courrier est légitime).

Le FBI propose même aux internautes…d’enquêter sur les ONG  inconnus qui réclament des fonds pour venir en aide aux victimes de la catastrophes.

“Utiliser différentes ressources Internet susceptibles de prouver l’existence de l’organisme”, recommande la police fédérale américaine qui a déjà connu divers types d’arnaques à l’occasion de l’ouragan Katarina qui s’est abattu sur les Etats-Unis en août 2005ou le tsunami d’Asie du Sud-Est (décembre 2004).

Les internautes ayant des doutes sur l’origine d’un e-mail sont invités à contacter le FBI via son site Internet…ou via le canal Twitter de la police fédérale.

Websense a trouvé des liens “spécial séisme” pointant vers des sites infectés
Le malheur des uns fait le malware des autres, pourrait-on dire. Il suffit seulement d’effectuer des recherches photos ou vidéos sur le Web liées aux événements de Haïti pour faire des rencontres indésirables. Sur son blog sécurité, Websense, un fournisseur de solutions de sécurité Web (filtrage) et de protection des courriels et des données, a trouvé des pages de résultats sur Google abritent des liens sponsorisés proposant des accès à des sites pirates avec du code malicieux.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur