SeLoger.com veut monter une forteresse face à l’OPA “hostile” de Spinger

Cloud

Après le feu vert de l’AMF concernant l’offre publique d’achat de Springer sur SeLoger.com, la direction du groupe spécialisé dans l’immobilier en ligne organise une riposte.

SeLoger.com refuse de baisser la garde face à l’offre publique d’achat “hostile” de Springer (34 euros par action depuis septembre).

Le spécialiste de l’immobilier en ligne compte appel de la décision de l’Autorité des marchés financiers (AMF) d’autoriser cette opération initié par le groupe de presse allemand (éditeur du journal populaire Bild).

Après avoir pris possession de 12,4% du capital de SeLoger.com (notamment en acquérant les parts de certains fondateurs comme Amal Amar et Denys Chalumeau), Spinger veut aller plus loin dans le capital du groupe expert dans l’immobilier en ligne en vue d’une prise de contrôle.

La direction du groupe visé par l’OPA a annoncé qu’elle s’apprêtait à déposer, dans les plus brefs délais, un recours à l’encontre de cette décision [d’autorisation de l’AMF] auprès de la cour d’appel de Paris.

Sur le front de l’actionnariat, le conseil de surveillance indique par communiqué qu’il souhaite “statuer sur diverses mesures, qui pourraient notamment nécessiter la convocation d’une assemblée générale des actionnaires afin d’en approuver les termes et les modalités”.

On n’en sait pas plus pour le moment. Mais la direction de SeLoger.com pourrait demander à ses actionnaires d’autoriser des mesures exceptionnelles visant à bloquer une montée en puissance de Springer dans le capital du groupe (“pilules empoisonnées”).

Le groupe SeLoger.com dispose d’une position prédominante sur le marché français (ses deux principaux sites Seloger.com et Immostreet.com regroupent 2,3 millions d’annonces professionnelles). Il a réalisé un chiffre d’affaires de 73 millions d’euros en 2009.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur