Semi-conducteurs : Fujitsu fusionne ses activités avec Panasonic

Régulations
Fujitsu Panasonic semi-conducteurs

Engagé dans une restructuration de ses activités, Fujitsu monte, avec Panasonic, une coentreprise qui oeuvrera dans la conception de circuits intégrés LSI.

En quête d’un nouvel élan dans une conjoncture économique et concurrentielle qui pèse sur l’électronique japonaise, Fujitsu fusionne sa branche semi-conducteurs avec celle de son compatriote Panasonic.

La coentreprise indépendante qui en résulte oeuvrera dans la conception de circuits intégrés à grande échelle d’intégration (LSI, pour “Large scale integration”).

Sur le principe dit du ‘fabless’ (sans usine), elle sous-traitera le processus de fabrication des composants à un fondeur qui pourrait être le Taïwanais TSMC, leader mondial du secteur.

Fujitsu inscrit cette manoeuvre dans le cadre d’un plan de restructuration amorcé en réponse à une perte nette consolidée de 677 millions d’euros sur le 3e trimestre de son exercice fiscal 2012 à clore au 31 mars (chiffre d’affaires en recul annuel de 6,6%).

Pour développer un modèle économique pérenne et renforcer sa compétitivité sur un marché en mutation, le groupe high-tech nippon envisage également de céder à TSMC son implantation de Mie, qui produit des wafers (galettes de silicium) de 300 mm.

Toutes ces démarches convergent en un objectif de rationalisation de la production qui induira une coupe sombre dans la masse salariale, comme spécifié dans un communiqué.

Il est question de 5000 suppressions de postes qui toucheront notamment les contractants et la filiale européenne Fujitsu Technology Solutions (FTS), chargée de la gestion des infrastructures – et qui va réorienter son offre vers les services.

La joint venture établie avec Panasonic sollicitera quant à elle 4500 salariés que Fujitsu rapatriera depuis plusieurs de ses divisions. En parallèle, les activités autour des wafers de 150/200 mm vont se concentrer au Japon, dans la région d’Aizu-Wakamatsu.

Les marchés ont positivement réagi à l’annonce de cette restructuration.

Ce vendredi, en ouverture de séance à Tokyo, le titre boursier Fujitsu Ltd (6702.T) s’est rapidement affiché en hausse de 8%, à 446 yens (3,56 euros), son plus haut niveau depuis 10 mois.

Nonobstant les charges liées à sa réorganisation, Fujitsu escompte tout de même des pertes nettes de 170 milliards de yens (1,35 milliard d’euros) sur son 4e trimestre fiscal.

Fujitsu restructuration

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les entreprises high-tech cotées en Bourse ?

Crédit photo : joanchang – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur