Serveurs : tous les segments renouent avec la croissance

Cloud

IDC confirme que 2003 aura été l’année de la reprise du marché des serveurs après plus de deux ans de crise. Linux poursuit sa progression et n’est plus cantonné aux serveurs d’entrée de gamme.

Après Gartner (voir édition du 2 février 2004), c’est au tour du cabinet d’études IDC de publier son évaluation du marché des serveurs pour l’année 2003. Comme son concurrent, il confirme que le secteur est désormais sorti de la crise. Ainsi, au quatrième trimestre, IDC estime que les ventes en valeur ont progressé de 11,4 %, à 13,7 milliards de dollars. Fait remarquable, cette progression affecte tous les segments, qu’il s’agisse des serveurs d’entrée de gamme ou de machines plus coûteuses. Cela n’était pas arrivé depuis la dégradation de la conjoncture économique en 2001. IDC observe cependant une forte pression sur les prix. Conséquence : la croissance en valeur est bien inférieure à celle en volume, à l’exception notable des serveurs Linux pour lesquels IDC observe, au quatrième trimestre 2003, le phénomène inverse.

Linux gagne le coeur de l’infrastructure

Les ventes de serveurs Linux ont ainsi dégagé pendant cette période un chiffre d’affaires de 950 millions de dollars, ce qui représente une progression de 63 % par rapport à l’année précédente. Mais dans le même temps, les ventes en volume n’ont progressé que de 53 %, soit 250 000 unités livrées. IDC en conclut fort logiquement que les entreprises utilisent désormais Linux non seulement sur des serveurs d’entrée de gamme pour l’exécution de tâches simples, non critiques, mais aussi de plus en plus pour équiper des machines plus puissantes prenant place au coeur de leur infrastructure informatique. En bref, Linux gagne en crédibilité. Les principaux vendeurs de serveurs Linux sont, dans l’ordre, HP (qui détient une part de marché de 27,5 %), IBM (21,1 %) et Dell (18,2 %). Au quatrième trimestre 2004, les serveurs Linux représentaient environ un quart du marché des serveurs Windows. Signalons enfin le retour en grâce des serveurs Unix. Après onze trimestre consécutifs de récession, ce segment a enregistré au quatrième trimestre une légère croissance de 0,8 % et pèse désormais 5,1 milliards de dollars. IBM en est le leader avec une part de marché de 33 %, suivi par HP (31 %) et Sun Microsystems (28 %).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur