Serveurs : le printemps d’IBM sous le soleil Power Systems

Cloud

La firme unifie ses gammes et ses marques de serveur sous la bannière Power Systems. Les PME sont servis en premier.

Opération rationalisation et rebranding dans la gamme des serveurs chez IBM. A l’occasion de la conférence Common dédiée aux utilisateurs de ses produits qui se déroule à Nashville (Etat du Tennessee), la firme IT a annoncé qu’elle allait unifier ses gammes de machines estampillées Systems p et Systems i pour ne garder qu’un seul nom commercial : Power Systems.

“On a commencé à se réunir en termes d’architectures processeurs (surtout autour de Power 6) et de partitionnement dynamique”, justifie Eric Quennesson, Directeur Power Systems chez IBM France, sur le volet technique. “Il fallait changer de nom pour préparer l’avenir”, lance en écho Pierre Goudet, chef de produits Systems. Outre le changement de nom de ses serveurs, la firme a également dépoussiéré le nom de son système d’exploitation i5/OS (ex-OS/400) qui adopte le nom fédérateur “i” (comme “intégration”).

Pour les premiers pas de Power Systems, IBM a remodelé son catalogue en commençant par l’entrée de gamme c’est à dire des serveurs d’application pour le monde des PME (la firme devrait communiquer sur des configurations poids lourds dès la semaine prochaine). Selon IBM France, 85% de ses PME clientes disposent d’un environnement OS/400 avec 8 à 10 serveurs en moyenne.

Plus une question de marque que de prix

Trois nouveaux produits Power Systems sont exposés : les serveurs x86 format tour Power 520 Express, Power 550 Express et le lame JS 12 (ou i Edition Express for BladeCenter S). Ils peuvent tourner sous trois systèmes d’exploitation : “i” Editions (la dernière version 6.5 remonte à janvier dernier), AIX (OS d’IBM version Unix) et Linux. Ces machines intègrent également une dimension virtualisation puisqu’elles supportent l’hyperviseur PowerVM d’IBM.

Les clients pourront commander ses nouvelles configurations par édition Power Systems (AIX, “i” Editions et Linux). Chaque package comprenant un volet hardware (la machine bien sûr mais aussi des composants stockage, mémoire ou processeur) et des logiciels. Pour une configuration d’entrée de gamme (basée sur un processeur avec un coeur), une PME devra débourser “une dizaine de milliers d’euros”. IBM assure que la gamme de prix est “similaire” par rapport à l’ancienne génération Systems i et Systems p.

(Article corrigé le 04/04/2008. L’hyperviseur PowerVM est bien développé par IBM et non par VMWare comme nous l’avions initialement écrit.)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur