Serveurs : Windows continue de progresser malgré Linux

Cloud

Question classique : sur le marché des serveurs, Linux prend-il des parts à Windows ou aux Unix propriétaires ? La réponse d’IDC…

Le succès de Windows sur les serveurs ne se dément pas, et ce malgré la percée de Linux qui vient donc plutôt entamer les positions des Unix propriétaires. C’est la conclusion d’une étude réalisée par le cabinet IDC établissant les parts de marché en 2002 des divers systèmes d’exploitation. Windows a ainsi représenté 55,1 % des ventes, en volume, de systèmes d’exploitation équipant les serveurs, contre 50,5 % en 2001. Cependant, estime IDC, il est peu probable que Microsoft continue d’afficher un tel taux de croissance pour les années à venir. De son côté, Linux ? précisons qu’il s’agit des distributions payantes de Linux, seules prises en compte dans le cadre de cette étude – obtient en 2002 une part de marché de 23,1 %, contre 22,4 % en 2001. Au total, le marché des systèmes d’exploitation pour serveurs représente un chiffre d’affaires de 7,8 milliards de dollars. Au niveau du poste client, marché évalué à 10,4 milliards de dollars, la domination de Windows est évidemment encore plus nette avec une part de marché de 93,8 % en 2002 (93,2 % en 2001) contre 2,8 % pour Linux. Entre 2001 et 2002, Windows et Linux sont les seuls systèmes d’exploitation à avoir enregistré une croissance, respectivement +8,6 % et 17,2 %, ce qui est de bon augure pour le devenir de ces deux produits.

Déclin des OS pour mainframe

En revanche, le chiffre d’affaires dégagé par la vente d’Unix propriétaires, qui représentent 31,1 % du marché des systèmes d’exploitation pour serveurs, a baissé de près de 9 % en 2002 et laisse présager un mouvement de concentration. Autre tendance mise en évidence par IDC : le déclin des ventes de systèmes d’exploitation pour gros systèmes. Il s’en est vendu 50 000 exemplaires en 2002, soit 58 % de moins qu’en 2001. Déclin qu’IDC explique par l’obsolescence de vieux systèmes d’exploitation tels OS/2 d’IBM, dont ce dernier a dit qu’il ne le maintiendrait pas au delà de 2006, tout en préconisant à ses clients une migration vers Linux. Le succès de Linux, explique IDC, est donc le fait des grands fournisseurs de systèmes tels IBM ou HP qui engagent de gros moyens pour le promouvoir. Estimant que l’offensive judiciaire menée par SCO Group contre Linux ne peut véritablement pénaliser le système d’exploitation Open source (voir édition du 6 octobre 2003), IDC prédit que Linux continuera sur sa lancée, affichant d’ici à 2007 une croissance, en valeur, plus de quatre fois supérieure à la moyenne des autres systèmes d’exploitation pour serveurs. A cette date, 32,3 % des ventes de systèmes d’exploitation pour serveurs, soit 2,8 millions d’unités, seront une distribution Linux. Mais, en valeur, Linux est presque négligeable comparé à Windows puisque le chiffre d’affaires annuel dégagé par ses ventes équivaut à peu près à celui réalisé en trois jour par Microsoft dans le cadre son activité d’éditeur d’OS.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur