Service client : Zendesk débarque à StationF avec son propre incubateur – photos

CloudCRMEntrepriseManagementMarketingStart-up
stationF-photogroupe-zendesk-une
6 4

Dans l’enceinte de StationsF, Xavier Niel a accueilli Mikkel Svane (CEO de Zendesk) pour sceller une alliance entre le futur méga-incubateur parisien et l’éditeur de solutions de services clients.

Après Facebook et Vente-Privée, Zendesk se rapproche à son tour de StationF, du nom de la Halle Freyssinet qui se transforme en méga-incubateur parisien de Xavier Niel.

L’éditeur de logiciels en mode SaaS de service client au sens large apporte son soutien de différente manière. Primo, le bureau parisien de Zendesk va s’installer à Station F (soit une dizaine de personnes à déménager « d’ici le milieu de l’année »).

Secundo, l’éditeur va mettre de manière gracieuse ses outils de service client à disposition de l’équipe de supervision de StationF sous la houlette de Roxanne Varza.

Un accord qui devrait faciliter la gestion du parc de 3000 postes de travail escomptés dans le complexe d’innovation. Le tout « à des tarifs préférentiels », selon Gabriel Frasconi, en charge de la zone Europe du Sud (France, Italie, Espagne) pour Zendesk.

Tertio, un incubateur Zendesk va apparaître dans StationF. Un espace dédié de 47 postes accueillera entre 10 et 15 projets start-up en lien avec son cœur d’activité.

Les noms des deux premières jeunes pousses participantes ont été annoncés : SnapCall (bouton vocal sur les espaces digitaux) et Ottspot (outil de support téléphonique dans Slack par Apidaze).

Gabriel-Frasconi-Zendesk
Gabriel Frasconi (Directeur Europe du Sud de Zendesk) évoque les trois axes de la collaboration avec StationF

Entre quelques coups de marteaux et des séquences de bruit de scie à métaux dans l’enceinte de la Halle Freyssinet toujours en cours de rénovation et d’aménagement (en vue d’une ouverture « d’ici l’été »), les équipes de StationF et Zendek ont convié mercredi après-midi la presse pour officialiser ce partenariat.

« Nous voulons fédérer un écosystème autour de notre point fort et donner le ‘la’ de l’agenda français du service client », commente Gabriel Frasconi.

L’investissement financier ne semble pas vraiment un point stratégique : « On accueillera gratuitement les start-up. Il n’y a rien de très formalisé. Tout est dans l’esprit. Le montant est facile à deviner : 47 X le prix par poste fixé par StationF ».

Au prix standard de 195 euros par mois communiqué par StationF sur son site Web, cela reviendrait donc à une contribution financière de 9165 euros par mois. Et Zendesk n’évoque pas de prises de participation dans les start-up hébergées.

Mikkel Svane : la France et ses « ingénieurs talentueux »

De passage en France, Mikkel Svane, fondateur et CEO de Zendesk installé à san Francisco (où l’on trouve le siège social de l’entreprise), a pris la parole en mettant la France sur un piedestal.

Il a souligné le vivier d’innovation technologique et de talents d’ingénieurs que comportait le pays, tout en rappelant « les objectifs agressifs en termes de croissance » de son groupe dans la zone Europe du Sud (incluant la France).

Mikkel-Svane-zendesk-stationF
Mikkel Svane, CEO et fondateur de Zendesk

Sur une base globale de 100 000 clients de Zendesk dans le monde (incluant des acteurs de référence comme Uber ou Pinterest), un tiers des clients de l’éditeur se trouve en Europe, dont 3000 en France (comme Lampiris, Direct Energie, Quicksilver, Chauffeur Privé ou le Slip Français).

L’activité de Zendesk en France se développe rapidement avec un nombre de comptes clients payants qui augmente chaque année de plus de 50 %.

Pour accueillir le nouvel éditeur qui se rattache au « Founders Program » de StationF, Xavier Niel a joué le maître de cérémonie.

Xavier Niel apprécie l’ADN de Zendesk

« Nous sommes ravis de trouver les meilleurs partenaires pour accueillir les start-up et de retrouver chez Zendesk l’ADN des entreprises que l’on a envie d’avoir ici », commente l’entrepreneur milliardaire multi-casquettes (principal dirigeant d’Iliad-Free, propriétaire du fonds d’amorçage Kima Ventures..) .

Mikkel-Svane-Xavier-Niel
Mikkel Svane (Zendesk) et Xavier Niel (StationF) discutent juste avant la conférence

De son côté, Roxanne Varza a évoqué le « modèle impressionnant » de Zendesk qui prouve que « l’innovation peut venir de n’importe où ».

roxanne-varza-xavier-niel-stationF
Roxanne Varza et Xavier Niel : les deux piliers de StationF

Rachel Delacour, cofondatrice de We Are Cloud, est également présente à cette inauguration. Cette start-up montpelliéraine, à l’origine de BIME Analytics, avait été acquise par Zendesk en octobre 2015 pour 45 millions de dollars.

La solution est toujours commercialisée de manière autonome mais elle sert désormais aussi de composante transversale pour les modules Zendesk.

Devenue General Manager de Zendesk Explore dans la nouvelle configuration « zendeskienne », Rachel Delacour fait la jonction entre l’esprit d’innovation à la française et celui de la Silicon Valley. « J’ai l’impression d’être un témoin dans ce maillon d’écosystèmes », évoque-t-elle dans son allocution à StationF.

rachel-delacour-zendesk
Rachel Delacour (BIME Analytics/Zendesk) : symbole de la jonction entre la France et les USA

L’entrepreneure rappelle qu’elle est associée à deux autres membres de la société dans le jury pour déterminer qui fera partie de la première promotion de start-up du Founders Programm estampillée StationF : Alexander Aghassipour (cofondateur de Zendesk) et Royston Tay (cofondateur de Zopim devenue Zendesk Chat).

Zendesk s’agrandit à Montpellier

Au-delà de la conférence commune Zendesk au sein de StationF et d’une participation spécial entrepreneur au NUMA mardi soir, Mikkel Svane s’est rendu également en France pour une autre raison : l’inauguration de nouveaux bureaux plus grands de la société à Montpellier (600 mètres carrés, 40 collaborateurs), servant principalement de plateforme d’ingénierie.

Une manière de faire taire la rumeur selon laquelle l’éditeur allait quitter la ville, selon l’article du quotidien régional Midi Libre.

Outre une présence à Paris et à Montpellier, Zendesk compte quatre autres bureaux dans la zone géographique EMEA : Dublin (la capitale irlandaise sert de siège EMEA pour l’éditeur), Londres et Berlin (développement de produits, ventes et support technique) et Copenhague (là où l’aventure start-up a commencé en 2007). Au Danemark figurent un centre d’ingénierie mais aussi des équipes de vente et de support technique.

En l’état actuel, les ressources data centers pour l’Europe sont situées en Irlande et en Allemagne (hébergées a priori chez Amazon Web Services).

Précisons que Zendesk est cotée sur le NYSE depuis mai 2014.

(Crédits photos : Philippe Guerrier – NetMediaEurope)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur