Services internet : l’opérateur Nerim acquiert l’hébergeur Sivit

CloudEntreprise

En rachetant l’hébergeur Sivit, Nerim veut s’affirmer comme un interlocuteur unique pour répondre aux besoins télécoms et réseaux des PME.

Après le rachat en Allemagne de l’hébergeur Strato par Deutsche Telekom pour 275 millions d’euros, une opération similaire entre deux prestataires de plus petite envergure vient d’avoir lieu en France.

Le fournisseur de services internet Nerim vient d’annoncer le rachat de l’hébergeur-infogéreur Sivit. C’est une SARL d’une dizaine de personnes basée dans le département de la Loire et qui a réparti son infrastructure technique dans plusieurs centres de données parisiens.

En 2008, le prestataire ligérien, moins connu que des poids lourds comme OVH, Amen ou encore Gandi, disposait d’un portefeuille de 5000 clients.

Son chiffre d’affaires était de 2,3 millions d’euros en 2008 (avec une prévision de 2,8 millions d’euros sur 2009).

Sivit est une entreprise avec la même culture d’entreprise que nous et avec qui nous avions discuté d’une éventuelle reprise début 2009″, explique Christophe Carel, P-DG et fondateur de Nerim, à ITespresso.fr

“Nous avions une activité d’hébergement mais beaucoup moins développé que celle de Sivit. D’autant plus que Sivit était vu comme un spécialiste de l’hébergement infogéré, donc beaucoup plus crédible pour les clients”, poursuit-il.

Le patron de Nerim indique par ailleurs que “l’intégration a un réel intérêt industriel”. Tout en précisant :“Il n’y aura pas de suppressions d’emplois car l’intérêt de ce rapprochement réside aussi dans les compétences du personnel de Sivit.”

Avec cette opération de croissance externe, Nerim compte s’affirmer comme un opérateur global et vise le marché des petites et moyennes entreprises.

A noter que les deux marques devraient subsister pendant une bonne partie de l’année 2010. A terme, elles seront regroupées sous la marque Nerim.

Pour rappel, Nerim a investi quatre segments de marché : accès Internet, téléphonie, hébergement virtuel et dédié ainsi que la sécurité réseau.

En 2008, la société indépendante de Christophe Carel a réalisé un chiffre d’affaires de 12,5 milions d’euros.

Le dégroupage avance à petit pas

Début 2009, Nerim avait annoncé le lancement d’un chantier de grande ampleur :le dégroupage de Paris et le département limitrophe des Hauts-de-Seine.

“Nous sommes en train de terminer notre pilote sur les quelques arrondissements parisiens déjà dégroupés. Nous déciderons ensuite du planning de couverture pour les autres arrondissements à partir de 2010”, déclare Christophe Carel.

Dans le même temps, l’entreprise avait annoncé – sans grande conviction – qu’elle cherchait un moyen d’offrir des accès très haut débit basés sur la technologie VDSL.

Visiblement, ce chantier ne semble pas avoir avancé significativement.“A part des expérimentations, nous ne pourrons commercialiser des offres qu’à partir du moment où l’ARCEP aura validé cette technologie”, indique le fondateur de Nerim.

Mais, sur ce marché naissant du très haut débit pour entreprise, Nerim devra renforcer sa position pour affronter des concurrents plus nombreux et pour certains plus lourds économiquement : Colt, Numericable-Completel, SFR, Orange, Interoute, Verizon et, dans une moindre mesure, Celeste ou Altitude.

Les rumeurs autour de la mise en vente de Nerim demeurent d’actualité. D’où la question : le rachat de Sivit ne servirait-il pas à embellir la mariée ?

En d’autres termes : augmenter la valorisation de l’entreprise avant de saisir une opportunité de cession…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur