Services SMS : le CSA part en guerre contre les spots télé pas clairs

Mobilité

Dans une recommandation, les Sages de l’audiovisuel demandent que la mention des prix de ce type de service soit “lisible et intelligible”.

Les exploitants de services SMS à la télévision ont été prévenus : le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) se montre vigilant vis-à-vis des mentions de prix dans les messages publicitaires télévisés en faveur de services téléphoniques surtaxés ou de services SMS. Une récente lettre de diffusion du BVP avait rapporté que l’organe d’arbitrage dans le monde de la télévision surveillait de près les pratiques (voir édition du 4 avril 2006).

Dans une recommandation du 30 mai 2006 et publiée au Journal officiel en date du 1er juillet 2006, le CSA observe que, lors de la diffusion du spot, la mention du coût des communications en faveur de ces services n’était pas clairement indiquée aux téléspectateurs. Un flou tarifaire qui va à l’encontre de l’article 6 du décret n°92-280 du 27 mars 1992 modifié : “la publicité doit être conçue dans le respect des intérêts des consommateurs (…)”.

Le CSA demande que la mention du prix des services proposés “soit exposée de façon clairement lisible et intelligible et pendant un temps d’exposition permettant aux téléspectateurs de lire l’intégralité des informations présentées”. Une exigence liée au monde de la télévision que le CSA aurait pu étendre à celui de la radio. Les tarifications des services SMS présentés lors des coupures publicitaires radio sur des stations comme NRJ, Skyrock ou Fun Radio, sont souvent inaudibles.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur