Seulement sur le Mac !

Cloud

Surprise sur scène, lors de l’intervention de Steve Jobs : qui voit-on arriver ? Deux collaborateurs de Microsoft. Le responsable des produits Mac et le vice-président en charge des jeux. L’engagement de la firme de Redmond sur la plate-forme de Cupertino monte en puissance !

Bruce Chizen d’Adobe, vient de quitter la scène du Jacob K. Javits Center de New York en disant qu’il est impatient de mettre la main sur le G4 multiprocesseur. “Donnez lui un !”, lâche complice, l’iCEO d’Apple. “Maintenant, je voudrais parler d’un autre partenaire avec qui nous travaillons en étroite collaboration : c’est Microsoft. Nos relations s’améliorent avec eux. Nous avons travaillé ensemble sur un nouveau logiciel, Office pour Mac”. Steve Jobs introduit Kevin Browne, responsable de la direction commerciale “Mac” de l’éditeur de Redmond. Après des relations difficiles entre les deux firmes, ce représentant de Microsoft est accueilli chaleureusement.

Il faut dire qu’il fait tout pour redresser l’image du créateur de Windows dans l’esprit des clients d’Apple. “Le client Macintosh est prédisposé à voir Microsoft de nombreuses manières, toutes négatives. Il nous fallait venir à lui pour lui annoncer que Microsoft prend ce marché au sérieux”, a-t-il expliqué dans une interview récente. Kevin Browne est responsable du revirement de considération des utilisateurs d’Apple vis à vis de Microsoft. Si, dans leur esprit Windows, c’est toujours l’interface graphique qui fait faire des noeuds au cerveau, Office pour le Mac a bien changé

La version de 1998 y est pour beaucoup. C’est elle qui a d’ailleurs sauvé Apple d’une mort certaine. Jobs en est d’accord. Les logiciels précédents, avaient rendu furieux les utilisateurs de Mac : il s’agissait d’un simple “portage” d’Office pour Windows. Aucun soin apporté à la délicatesse, à l’esprit et aux subtilités d’utilisation de leur machine. Si le PC est bien un outil, qu’on monte et démonte, une sorte de Meccano, le Macintosh est perçu comme un ami qui vous aide dans toutes les tâches que vous réalisez avec lui. Les ingénieurs de Microsoft n’avaient pas pris ce paramètre en considération, c’est désormais chose faite et Office 2001 est résolument un produit Mac.

“Ce que nous avons fait, c’est d’enlever du produit tout ce qui le faisait ressembler à celui de Windows et d’ajouter des fonctionnalités qui nous rapprochent des produits d’Apple”, a expliqué Kevin Browne sur scène. Les applications proposées disposent de subtilités qui ne seront disponibles que sur le Mac. “C’est la première fois que nous pouvons souligner que Microsoft a construit un logiciel spécifiquement pour Apple et dire qu’il est meilleur dans de nombreux domaines que celui proposé sous Windows”. Même les emballages marquent la différence. Tous les logiciels Microsoft porteront désormais la définition “:Mac” comme dans “Office:mac”. Le nom de l’éditeur se fera plus discret, les couleurs transfigurent la boîte en plastique du produit. Même la campagne de pub rapproche Redmond de Cupertino : réalisée en noir et blanc, elle est un parallèle de la célèbre campagne “Think Different” d’Apple.

Mais ce n’est pas tout : Apple et Microsoft vont s’appuyer sur Bungie, que Microsoft a racheté il y a quelques semaines (voir notre édition du 19 juin 2000) pour faire migrer les jeux Microsoft sur la plate-forme Macintosh. Tous les jeux PC vont y passer, de “Age of Empire” à “Flight Simulator”. “Halo”, le nouveau jeu développé depuis près de deux ans restera également un produit disponible pour Mac, même si les PC et les consoles de jeux Microsoft en auront rapidement une version.

Alors qu’un juge fédéral s’occupe du cas Microsoft pour couper la boîte en deux, avoir une Pomme en bonne santé est dans son intérêt. “L’investissement de 150 millions de dollars dans Apple et la fondation de la direction Mac il y a trois ans sont à mettre en relation avec l’activité de la justice”, a expliqué Rob Enderle, analyste au Giga Information Group, société spécialisée dans le conseil en technologies à l’agence Reuters. “Cela y fait beaucoup, de pouvoir dire qu’il y a une plate-forme concurrente”. Alors, que vive la concurrence !

Pour en savoir plus :

Le site Microsoft pour le Mac a changé


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur