SFR et Completel migrent en douceur leur backbone vers le 100 gigabit/s

Cloud

SFR et Completel ont annoncé chacun de leur côté la mise en production de liaison 100 gigabit/s sur leur réseau de transport. L’opérateur télécoms de Vivendi augmente ses capacités mobiles et accélère son programme “fibre”.

La croissance exponentielle des données à transporter rend indispensable l’augmentation de la capacité de transport des réseaux longue distance.

En France, SFR et Completel ont annoncé le même jour qu’ils avaient déployé des liaisons 100 gigabits sur leur réseau.

Pour SFR, il s’agit d’une liaison de 650 kilomètres entre deux centres de données situés à Paris et Bordeaux.

Les équipementiers Ciena et Cisco ont participé à cette mise en place.

Avec ce premier déploiement, l’opérateur peut se targuer de pouvoir transporter le trafic actuel des clients tout en ayant une capacité de transport additionnelle pour répondre aux besoins futurs.

Son concurrent Completel, qui cible essentiellement le marché des entreprises mais loue des capacités à des opérateurs tiers (DartyBox), a annoncé le même jour qu’il avait également déployé une liaison 100 Gigabit/s sur son infrastructure de communication IP déployée à base de routeurs de cœurs de réseaux Cisco CRS-3 (et ceci sur une seule couleur optique).

Sachant que le nombre de “couleurs” peut être multiplié par plusieurs dizaines sur une seule fibre, on imagine aisément que les besoins futurs en transport de données seront largement assurés.

En septembre dernier, l’opérateur britannique Colt annonçait le test d’une liaison ultra haut débit entre Londres et Francfort basée sur la technologie “100 GbE”.

Cet essai réalisé en collaboration avec l’équipementier réseaux Infinera, avait notamment permis de mesurer la latence : 4,23 millisecondes pour faire près de 800 kilomètres environ…

SFR booste son réseau… avant l’arrivée de Free ?
L’arrivée de Free semble accélérer certains projets chez ses concurrents. En marge de la mise en place d’une liaison 100 Gigabit/s, SFR a annoncé dans un communiqué que “après avoir expérimenté avec succès un débit de 28 Mbit/s sur son réseau mobile”, il entendait “repousser encore une fois les limites de la technologie avec l’appui de Nokia Siemens Networks, en démontrant à Lyon la possibilité de créer sur son réseau 3G+ une liaison très haut débit mobile à 42 Mbit/s”. Cette évolution est possible grâce à l’augmentation des capacités de backhauling via un raccordement en fibre (100 Mbit/s) des antennes radio du réseau mobile. Enfin, en marge du dégroupe de NRA (4100 NRA seraient dégroupés par SFR), l’opérateur compte accélérer le déploiement de la fibre optique jusqu’à l’abonné (FTTH) en raccordant une trentaine de zones urbaines supplémentaires d’ici la fin 2011 incluant Bordeaux, Cannes, Lille, Metz, Montpellier, Nantes, Orléans, Rennes, Strasbourg, Toulon, Toulouse ainsi qu’une vingtaine de zones situées en proche banlieue parisienne. Selon les chiffres communiqués par l’opérateur, 2,5 millions de foyers seraient “raccordables” en fibre et 500 000 foyers “raccordés”… Bizarrement, ces chiffres ne se retrouvent pas dans le dernier observatoire de l’ARCEP.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur