SFR exclut de partager son réseau 3G avec Free Mobile

Cloud

Frank Esser, P-DG de SFR, refuse tout net de conclure avec Free Mobile un accord d’itinérance sur son réseau 3G, qui aiderait le nouvel opérateur à se faire une place au soleil.

Free Mobile rencontre des difficultés pour discuter itinérance 3G sur les réseaux des trois opérateurs mobiles historiques, à savoir Orange, SFR et Bouygues Telecom.

Le nouvel opérateur Free Mobile a d’ores et déjà prévu de lancer ses premières offres commerciales et 2012, tout en investissant un milliard d’euros pour développer son réseau 3G.

Selon les dernières révélations de La Tribune, il aurait pour ambition, en partenariat avec l’équipementier Nokia Siemens Networks, de monter un réseau mobile tout IP, basé sur la technologie I-HSPA, promettant des débits plus rapides.

Mais pour déployer son réseau 3G, Free Mobile doit partir à la chasse aux antennes-relais. Rappelons que selon le cahier des charges retenu par l’ARCEP, le nouvel opérateur se doit de couvrir au moins 25% de la population française au bout de deux ans, et 80% au bout de huit ans.

Problème : SFR exclut pour le moment de signer un quelconque accord d’itinérance avec son futur nouveau concurrent Free Mobile, qui a déjà promis des offres mobiles attractives par rapport à celles proposées par les opérateurs historiques.

“Free a eu le choix entre être un opérateur commercial, c’est-à-dire un MVNO, ou un opérateur de réseau. Il a choisi de devenir un opérateur de réseau. Cela implique une obligation de déploiement d’infrastructures”, n’a pas hésité à déclarer, Frank Esser, le P-DG de SFR, au quotidien Les Echos.

Frank Esser a clairement expliqué qu’il ne comptait pas donner le bâton pour se faire battre en offrant un coup de pouce à Free Mobile : “J’ai besoin de capacités 3G pour mes clients, avec l’explosion des smartphones et des clés 3G“, a-t-il expliqué. “Il n’est pas question d’entrer en négociations.”

L’ARCEP pourrait-elle avoir son mot à dire ? L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes oblige bien les opérateurs à discuter de l’itinérance pour les réseaux 2G. En revanche, les discussions autour des réseaux 3G ne sont pas réglementées.

Orange et Bouygues Telecom ne se sont pas encore publiquement exprimés sur ce sujet. En cas d’échec des discussions sur un accord d’itinérance 3G, Free Mobile pourrait adresser une saisine à l’ARCEP “en règlement de différend en cas d’échec des négociations”, comme l’avait rappelé il y a quelques semaines Les Echos.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur