SHOZAP.TV, le placement produits télé 2.0

E-commerceEntrepriseMarketingStart-up
shozap-tele-20-placement-produits-social-shopping

Social shopping : la start-up française SHOZAP.TV se revendique comme le -premier outil collaboratif permettant de faire en direct le lien entre les programmes TV, les marques qui y sont visibles et les e-commerçants-. Explications.

La robe d’Enora Malagré, la belle blonde énervée de “Touche Pas à Mon Poste”, la paire de chaussures de la nouvelle miss météo de France 2 Anaïs Baïdemir, les chaussures de B. dans Gossip Girl ou la lampe design de D&CO…

Quelques exemples de produits et d’idées visibles sur petit écran et qui crée forcément la convoitise de nombre de téléspectateurs également consommateurs qui ne demandent souvent qu’à acheter ce qu’ils voient, mais ignorent où les trouver.

Ca a un même un nom, et une règlementation au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel : le placement produits (ça existe depuis de très nombreuses années au cinéma).

Le français Mickaël Royer, COO de Mojo SAS, est parti de ce constat d’une curiosité non assouvie des consommateurs-téléphiles pour créer SHOZAP.TV.

De quoi s’agit-il ? Son fondateur le présente comme “un site collaboratif qui se propose de guider le téléspectateur depuis son canapé vers les e-boutiques, pour qu’il y trouve instantanément l’article sur lequel il vient de flasher en regardant son émission ou sa série préféré”.

Il rappelle que depuis toujours au cinéma d’abord, et depuis 2010 à la télévision, les marques ont travaillé avec les sociétés de production, afin de placer leurs produits sur les plateaux et dans les séries diffusées à la télévision, pour leur donner une visibilité maximum.

Mais il ajoute que cette ne comporte pourtant pas que des avantages et qu’il est par exemple compliqué de maîtriser les dates de passage à l’antenne (notamment pour les émissions TV), ou encore de mesurer le retour sur investissement de ces expositions médiatiques.

Côté téléspectateur, il est compliqué d’identifier la robe d’Enora ou les escarpins d’Anaïs…  puis de trouver l’e-boutique où se la procurer !

S’appuyant sur un mot-valise (il veut faire passer le “téléconsommateur” au rang de “téléconsommacteur”), M.Royer évoque en outre une étude qui montre que les téléspectateurs français sont champions du multitasking.

84 % d’entre eux regardent la TV tout en pratiquant d’autres activités, comme l’envoi de SMS, la conversation au téléphone, ou même la lecture.

Et parmi ces « multitaskeurs », 31% naviguent sur Internet, 17% utilisent un réseau social, 15% recherchent des produits et services en ligne (1)

Mieux : 27 % des Français (dont 40% dans la tranche 18-34 ans) commentent régulièrement sur les réseaux sociaux les émissions qu’ils regardent ! (2)

On a pu voir par exemple le succès de la stratégie dite « de deuxième écran » de TF1, notamment avec The Voice, ou de France 2 avec les émissions de sports.

Au niveau européen, le constat est le même : selon la régie mobile InMobi qui a interrogé 15 000 utilisateurs de terminaux mobiles dans 14 pays fin 2012, 62% des mobinautes  pratiquent le multi-écrans quand ils regardent la télévision.

Essentiellement pour consulter les médias sociaux (48%), communiquer par messagerie instantanée (46%), jouer en ligne ou écouter de la musique (30%).

Et 18% recherchent des compléments d’information sur des produits vus à la TV.

 

shozap.tv étudeLe constat dressé, SHOZAP.tv trouve sa légitimité dans la métamorphose du simple téléspectateur en « téléconsommateur ».

Le service fonctionne ainsi : après avoir recherché sur la page d’accueil les programmes qui l’intéressent, l’internaute (ou le mobinaute) découvre quels articles y sont associés, où les trouver, et où les acheter immédiatement.

Via sa connexion Facebook ou Twitter, Shozap.tv lui donne alors la possibilité d’écrire un commentaire sur l’objet vu, et de l’adresser à tous ses amis ou followers – il génère de ce fait un buzz qualifié et mesurable qui fait rêver les annonceurs…

Diverses possibilités s’ouvre via SHOZAP.tv pour rendre visibles et identifiables les produits placés et vus dans les émissions ou les séries TV.

Soit depuis une information émanant de l’attachée de presse, de la styliste ou du responsable marketing de la marque qui, avant la diffusion, inscrit le produit sur Shozap.tv, l’associe à l’émission ou à la série dans laquelle il va passer, et fournit un lien vers une e-boutique permettant de l’acheter.

Soit l’internaute lui-même, reconnaissant un produit sur l’écran, peut l’ajouter sur Shozap.tv, accompagné d’un lien pour l’achat et, s’il le souhaite, d’un commentaire sur les réseaux sociaux connectés.

Soit encore l’e-commerçant, qui met en vente sur son site ou sur Amazon, eBay et Priceminister un article vu dans une série ou une émission peut également l’ajouter dans SHOZAP.tv.

Outre l’augmentation du trafic visiteurs vers son site, d’une amélioration de son référencement et par voie de conséquence de ses ventes et de sa notoriété, le site lui offre une cerise sur le gâteau : si le produit est mis en ligne et que celui-ci déclenche des ventes, SHOZAP.tv rétribue l’internaute à hauteur de 50% des sommes perçues dans le cadre de cette vente !

Les créateurs du site ont mis en place une importante campagne de promotion pour développer la notoriété de Shozap.tv : liens sponsorisés, réseaux sociaux, relations presse, partenariats avec les sociétés de production et les e-marchands, communication vers les marques pour développer de futurs partenariats.

Mickaël Royer indique : “Depuis janvier, nous avons déjà multiplié par 5 les visites sur Shozap.tv” et il ajoute : “Il existe une vraie demande pour un site comme le nôtre, tant du côté des marques que des téléspectateurs. Nous sommes en droit d’espérer atteindre 10 000 visites par jour dans les prochains moi”.

 Une version mobile aussi…
Lancé depuis quelques mois déjà, le site Shozap.tv dispose désormais d’une version mobile, et ses créateurs mettent actuellement au point ses déclinaisons IOS-Apple et Android, afin – disent-ils – de rendre encore plus accessible l’expérience “consommActeur”, et favoriser la diffusion de l’information produit sur les réseaux sociaux.

 

(1) 7ème édition de l’Observatoire des usages et interactions télécom & média – Deloitte 2013

(2) 3ème édition du Baromètre Semestriel d’iligo sur la Social TV

 

(Credit photo : Shutterstock.com –  Copyright : DeiMos)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur