Siemens abandonne le Net par le courant électrique

Mobilité

Le géant allemand des télécoms abandonne le projet Powerline. Voilà qui n’est pas de bon augure pour ce système de connexion au Réseau par l’intermédiaire des câbles électriques.

Powerline. C’est le nom générique d’une technologie permettant de se connecter à Internet par l’intermédiaire du réseau électrique. L’Allemagne est en pointe dans le domaine, mais le récent retrait de Siemens pourrait mettre un terme au développement de la technologie. “Nous avons décidé d’abandonner nos projets de communications par courant porteur, du moins pour l’instant”, a notamment déclaré un porte-parole de Siemens à l’AFP. Et de continuer : “Nous continuerons à observer de près les développements qui auront lieu dans ce secteur et pourrions réintégrer le projet par la suite. Cela dépendra de l’évolution du marché et de son potentiel.” Des observations qui inspirent une réaction plutôt pessimiste de la part d’un analyste de la société Merck Finck : “Si Siemens ne peut pas le faire, je ne vois pas qui d’autre le pourrait. Le système Powerline fonctionne, mais il coûte trop cher à installer dans tous les foyers.” D’autres sociétés, telle RWE, le numéro un de l’énergie en Allemagne, continuent pourtant dans cette voie. RWE espère lancer un service de transmission de ce genre dans le courant de l’année.

Des obstacles techniques et juridiques

En théorie, cette technologie permet d’obtenir des taux de transfert pouvant atteindre 2 Mbits/s. Seulement, outre son prix élevé (alors même que toutes les maisons sont raccordées au réseau électrique), elle rencontre encore des problèmes techniques qui l’empêchent d’être commercialisée. Allumer ou éteindre des appareils électriques reliés provoque notamment des interférences. Sans compter les problèmes juridiques à résoudre. En France, par exemple, EDF est très jalouse de son réseau et procède elle-même à des tests de transmissions de données qui, semble-t-il, n’ont pas encore abouti (voir édition du 2 mai 2000)…

Notons qu’un opérateur suisse compte faire la démonstration de ce système au cours du CeBit de Hanovre qui ouvre ses portes le 22 mars prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur