Silent Circle : le héraut du BlackPhone lève 30 millions de dollars

EntrepriseMobilitéOS mobiles

Porteur du projet de smartphone Android ultra-sécurisé baptisé BlackPhone, l’éditeur américain Silent Circle a levé 30 millions de dollars.

En plein débat sur la confidentialité des communications électroniques, le BlackPhone a la cote.

Basé sur une version blindée d’Android, ce smartphone ultra-sécurisé fut l’une des attractions du dernier Mobile World Congress. Il a retenu l’attention des investisseurs, qui viennent de financer, à hauteur de 30 millions de dollars, l’éditeur américain Silent Circle, porteur du projet dans le cadre d’une coentreprise avec le fabricant espagnol Geeksphone (spécialiste des technologies open source).

La société de conseil en investissement Cain Capital – basée à Dallas – s’est impliquée dans ce tour de table aux côtés de Ross Perot Jr. Cet ancien de l’U.S. Air Force, fils du multimilliardaire Ross Perot, rejoint pour l’occasion le conseil consultatif de Silent Circle, au même titre que Peter Bonfield, ex-CEO de British Telecom. Anurag Jain, qui a récemment occupé un poste à haute responsabilité chez Dell, devient quand à lui vice-président du conseil d’administration.

Silent Circle compte exploiter cet apport pour accélérer sa croissance sur le marché des communications sécurisées… mais aussi répondre, dans l’immédiat, à la “forte demande” pour son BlackPhone. Commercialisé en ligne pour 629 dollars (mais aussi distribué en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne par l’opérateur télécoms Royal KPN), le produit est aujourd’hui annoncé en rupture de stock.

Son système d’exploitation PrivatOS s’appuie sur un mécanisme de chiffrement de bout en bout. Silent Circle y implémente ses trois produits phares actuellement disponibles sur iOS et Android : Silent Phone pour chiffrer appels voix et vidéo sur Wi-Fi, EDGE, 3G et 4G ; Silent Text pour la messagerie et le transfert de fichiers ; Silent Contacts pour la gestion sécurisée du répertoire. Autre particularité de PrivatOS : il ne communique qu’un minimum de données aux opérateurs mobiles. Même les mises à jour du système sont diffusées directement par Geeksphone.

Préchargé avec le service VPN de Disconnect et la solution de stockage en ligne sécurisé de SpiderOak, ainsi que divers outils de sauvegarde et de restauration à distance, le BlackPhone a tout d’un produit haut de gamme : écran IPS de 4,7 pouces en Full HD, processeur quadricoeur à 2 GHz, 2 Go de RAM, 16 Go d’espace de stockage, connectivité LTE… Assimilable à un coffre-numérique, il se destine prioritairement aux entreprises et organisations où circulent des données à teneur hautement confidentielle.

Aux racines du projet, on retrouve Phil Zimmermann, à qui l’on doit notamment le logiciel de (dé)chiffrement cryptographique Pretty Good Privacy (PGP), créé en 1991, initialement pour permettre aux activistes antinucléaire d’échapper aux opérations d’écoute menées par les services de renseignement.

Silent Circle, qui dispose de bureaux à Washington et à Londres, profite de l’occasion pour officialiser le déménagement de son siège social de l’île de Nevis (archipel des Caraïbes) vers la Suisse, où se trouve l’un de ses data centers. Selon le CEO et cofondateur Mike Janke, cette réimplantation dans un pays où les lois régissant la confidentialité sont très contraignantes permettra à l’entreprise de se placer comme “vraiment neutre et impartiale […] avec des avantages économiques non négligeables“.

blackphone-rupture-stock

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les meilleures applications professionnelles pour Android ?

Crédit photo : Silent Circle


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur