Silkroad monte à 93 Gbps sur fibre optique

Régulations

La start-up pense que sa technologie lui permettra d’atteindre bientôt les 10 terabits par seconde (Tbps).

Moins d’un mois après avoir déposé les brevets de sa nouvelle technologie de transmission de données sur fibre optique, Silkroad vient d’atteindre les 93 Gbps (gigabits par seconde) dans une démonstration publique aux Etats-Unis. La start-up met actuellement au point dans ses labos du matériel qui devrait autoriser des débits de 10 Tbps (terabits par seconde).

Selon elle, les technologies comme le WDM (Wavelength Division Multiplexing) sont capables de transmettre de l’information à 40 Gbps mais doivent pour cela utiliser plusieurs longueurs d’onde et plusieurs lasers pour assurer la stabilité du signal sur des longues distances. Silkroad affirme que sa nouvelle technologie est beaucoup moins complexe et moins chère que le WDM parce qu’elle n’a besoin que d’un laser pour transmettre 200 Gbps à une distance de 300 km sur une longueur d’onde unique et sur un seul câble de fibre optique. La société entend commercialiser sa solution baptisée Silkroad Refractive Synchronisation Communication (SRSC) dès l’année prochaine. Elle visera d’abord les réseaux des grandes villes et les réseaux longue distance mais explique que la technologie est très évolutive et sera exploitable sur les réseaux locaux d’ici la fin 1999.

L’université de l’Etat de San Diego a déjà adopté la SRSC qu’elle utilise pour fournir des cours dans le monde entier (notamment en Asie, Moyen-Orient et Afrique de l’ouest). Silkroad recherche des partenaires pour l’aider à exploiter sa technologie. Elle a déjà signé avec Six R, un intégrateur de systèmes dans le secteur des télécommunications. Robert Freeman, vice-président de Silkroad, explique que les fournisseurs d’équipements réseaux comme Lucent, Nortel et Siemens ne juraient que par le WDM mais qu’ils avaient été “bluffés” quand ils avaient vu la démonstration du SRSC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur