Skype expérimente la vidéo en différé

Cloud
Skype messages vidéo

Skype met à profit son architecture centralisée dans les data centers de Microsoft pour exploiter les communications asynchrones, avec un service d’envoi de messages vidéo en différé.

Locomotive de la voix sur IP avec 167 milliards de minutes de communication hébergées en 2012, Skype consolide un autre pilier de son offre : la vidéo, avec un service de publication asynchrone assimilable à un répondeur.

D’une durée maximale de 3 minutes, les messages enregistrés par ce biais sont délivrés en différé au destinataire, qui a tout loisir de les consulter lorsqu’il se connecte.

Encore au stade de la bêta, cette technologie n’est accessible qu’aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Sa compatibilité se limite pour l’heure au client Mac OS X ainsi qu’aux applications mobiles pour iOS et Android.

Ces dernières intègrent une option de sélection du dispositif d’enregistrement, entre la webcam et l’APN, avec un basculement automatique.

La question ne se pose pas sur les ordinateurs de bureau, qui se distinguent néanmoins par la possibilité de télécharger les messages au format .mp4(moins de contraintes d’espace disque que sur un terminal mobile).

A en croire un porte-parole qui s’est confié à The Verge, il est question d’exporter le concept sur Windows 8 d’ici le mois d’avril. Linux devrait suivre à terme.

A contrario, c’est toujours l’inconnue pour Windows Phone, qui ne concentre pas, il est vrai, la masse critique de Skype.

Autre restriction, cette fonctionnalité dénommée Video Messages n’est accessible qu’en contrepartie d’un abonnement Premium à 4,99 dollars par mois, après un “quota d’essai” de 20 messages gratuits.

En outre, ce principe de conversation asynchrone est dépendant d’une architecture d’hébergement centralisée dans le cloud, par le biais des data centers de la maison mère Microsoft.

Skype a effectué cette transition en juillet dernier, mettant par là même occasion au rebut l’environnement de type peer-to-peer (P2P) qui faisait foi depuis les origines du service.

Les barrières du hors-ligne tombent alors que les messages ne transitent plus directement d’une machine à l’autre, mais leur stockage, même temporaire, sur des serveurs tiers, soulève des enjeux de confidentialité.

Plusieurs associations de défense de la vie privée sur Internet sont montées au créneau pour dénoncer un espionnage et recommander aux utilisateurs d’expérimenter des techniques de chiffrement à la volée.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous incollable sur Skype ?

Crédit photo : Andrey_Popov – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur