Small cells : Alcatel-Lucent veut monter en puissance avec Qualcomm

4GCloudMobilité
alcatel-lucent-small-cells-qualcomm

Alcatel-Lucent et Qualcomm renforcent la R&D autour des “petites cellules” (réception optimisée des réseaux cellulaires en zones denses). Le rapprochement comprend un volet capitalistique.

C’est la surprise de la présentation des résultats semestriels d’Alcatel-Lucent.

Son directeur général Michel Combes a annoncé une prise de participation minoritaire de Qualcomm dans le groupe équipementiers télécoms.

Ainsi qu’une collaboration avec le fournisseur de technologies wireless d’origine américaine pour développer les technologies des “petites cellules” (“small cells“).

Plus précisément, il s’agit d’équipements de courte portée intégrés dans des stations de base, qui ont vocation à améliorer la qualité de connexion des réseaux sans fil (3G, 4G et Wi-Fi) dans des environnements résidentiels et professionnels.

Ce projet de collaboration portera sur le développement de petites cellules qui amélioreront la réception des réseaux cellulaires dans des zones denses (espaces urbains denses, centres commerciaux ou sites d’activités professionnelles).

“En travaillant de concert, Alcatel-Lucent et Qualcomm Technologies entendent accélérer l’adoption des petites cellules sur le marché et atténuer l’impact du trafic de données sur les réseaux mobiles”, précisent les deux partenaires.

Ce programme R& D portera sur l’émergence d’une nouvelle génération de petites cellules “lightRadio” d’Alcatel-Lucent qui incluront la famille des processeurs petites cellules FSM9900de Qualcomm Technologies.

“L’investissement devrait être partagé entre Alcatel-Lucent et Qualcomm Technologies”, précise-t-on.

Pour Alcatel-Lucent, ce soutien de Qualcomm apporte un peu d’air frais. Et c’est un gage de confiance en l’avenir de l’équipementier télécoms.

Qualcomm est le leader des puces intégrées dans les smartphones et il dispose d’un portefeuille enviable de brevets liés aux technologies sans fil.

Sa prise de participation dans Alcatel-Lucent devrait tourner autour de 3% (correspondant à un investissement de 120 millions d’euros selon Les Echos).

Sachant que Michel Combes se dit ouvert à d’autres partenariats industriels similaires (“entre trois et cinq” selon l’AFP).

Parallèlement, le DG enclenche le plan stratégique Shift visant à redresser la barre des résultats financier de l’équipementier télécoms et à recentrer les activités sur des marchés porteurs (très haut débit, gestion du trafic IP, routage).

Mais le chemin du redressement financier sera long, malgré un résultat d’exploitation et un chiffre d’affaires qui reprennent de la vigueur sur le deuxième trimestre.

Respectivement à 46 millions d’euros (contre – 30 millions observé au deuxième trimestre de l’année dernière) et à 3,612 milliards d’euros (+19%).

Néanmoins, la perte nette se creuse : – 885 millions d’euros sur le T2 2013 (contre – 353 millions au premier trimestre).

Alcatel-Lucent, qui affiche un cash flow négatif (248 millions d’euros), veut afficher un retour en positif à l’horizon 2015.

A cette même échéance, le groupe de Michel Combes compte céder pour plus d’un milliard d’euros d’actifs et de réduire ses coûts fixes pour un montant équivalent.

Même si la maturité de la dette d’Alcatel-Lucent a été allongée (“moins de 450 millions d’euros à rembourser avant 2016”, selon Reuters), Alcatel-Lucent accuse une dette nette de 794 millions d’euros au 30 juin 2013.

La fusion entre Alcatel et Lucent, remontant à 2006, laisse toujours des traces : le nouvel ensemble a perdu un cumul de plus de 10 milliards de dollars.

L’équipementier n’avait pas besoin d’un tel boulet en termes d’héritage dans un contexte de concurrence vivace (comme le groupe chinois Huawei).

Voir en complément sur les résultats financiers d’Alcatel-Lucent : Chiffre d’affaires en légère hausse pour Alcatel-Lucent (Silicon.fr, 30/07/13)

——————

Quiz : Connaissez-vous la 4G ?

————–

Credit photo : Alcatel-Lucent


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur