Smart city : StreetLight Data rallie ENGIE à son tour de table

Big dataData-stockage
engie-streetlight-data
4 9

ENGIE emmène, via son fonds corporate, le 2e tour de table de l’Américain StreetLight Data, qui applique le big data à la mobilité urbaine.

L’approche de StreetLight Data en matière d’exploitation des données géospatiales produites par les terminaux mobiles dans la « ville intelligente » a séduit ENGIE.

L’ancien GDF Suez emmène, via son fonds corporate établi en mai 2014, le deuxième tour de table institutionnel (« Series B ») de cette société californienne à l’origine d’un outil d’aide à la décision dans la planification urbaine, la conception des transports, le commerce et l’immobilier.

Investisseurs historiques de StreetLight Data, Vision Ridge Partners et Deutsche Telekom Strategic Investments ont remis au pot dans le cadre de cette opération souscrite à hauteur de 2 millions de dollars par ENGIE. Osage University Partners fait aussi son entrée au capital, portant le montant global de la levée de fonds à 7,5 millions de dollars.

StreetLight Data compte exploiter ces ressources pour développer son offre au-delà du marché nord-américain et se positionner sur de nouvelles verticales.

En l’état actuel, sa plate-forme cloud StreetLight Insight est surtout exploitée pour l’optimisation des infrastructures de transports, par les urbanistes et les sociétés d’ingénierie.

On citera l’exemple de ces collectivités locales de l’État de Virginie qui s’en sont servi pour réduire les points de congestion dans la circulation. Ou de la ville de San Diego (Californie), qui a fait appel à la solution pour mesurer l’impact d’un système de péage urbain.

Dans le secteur de l’immobilier commercial, on s’en sert essentiellement pour identifier les meilleurs endroits où implanter des magasins. Mais d’autres problématiques peuvent être abordées, comme la gestion des flux de personnes et de marchandises.

ENGIE et ses clients vont s’appuyer sur les données de StreetLight Data, collectées et mises en forme par le moteur Route Science, pour « prendre les bonnes décisions en matière de mobilité ». Le groupe français y associera son expertise pour réduire les coûts liés au phases de pré-analyse des appels d’offre, mais aussi mieux mesurer les externalités négatives comme les embouteillages et la pollution de l’air.

C’est le huitième investissement réalisé par ENGIE New Ventures… et le troisième aux États-Unis après Tendril (plate-forme de gestion des services pour l’énergie) et Advanced Microgrid Solutions (stockage de l’énergie).

Crédit photo : everything possible – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur